Avec cinq tentes installées dans le Parque das Nações, le plus près possible du lieu où se déroule la conférence de l’ONU, les jeunes y resteront toute la nuit, pour protester également contre la présence de « leaders fossiles » dans l’initiative de l’ONU, que le Portugal organise.

« C’est une protestation contre la présence de leaders mondiaux et nationaux des fossiles », qui n’ont aucun intérêt réel à réduire les émissions (de gaz à effet de serre), ni à limiter le réchauffement climatique, et ont simplement intérêt à continuer de faire passer le profit et les intérêts économiques au-dessus de la vie et les jeunes générations », a déclaré à l’Agência Lusa l’une des organisatrices de l’initiative, Alice Gato.

La jeune femme, militante du mouvement « Grève étudiante pour le climat », a souligné que les conférences mondiales sur le climat se tiennent depuis des décennies, « avec les mêmes personnalités et le même manque d’ambition », d’où aucun accord contraignant ou engagement réel pour réduire les émissions de gaz à effet de serre. des émissions de gaz émergent des gaz à effet de serre.

« Nous connaissons le changement climatique depuis les années 1970 et les émissions ne font qu’augmenter, car il n’y a pas de plans radicaux pour tout changer, avant que tout ne change pour nous », a déclaré Alice Gato, qui a cité en exemple un « leader fossile » le ministre de l’Économie et de la Mer, António Costa Silva, qui, a-t-il défendu, devrait être limogé.

Le ministre, a déclaré la jeune femme, a été choisi pour reconstruire le pays et veut le faire avec des subventions aux entreprises de combustibles fossiles, avec l’exploration du gaz, « qui est vendu comme énergie renouvelable alors qu’il s’agit en fait d’un combustible fossile » et avec l’expansion du port de Sines pour recevoir plus de gaz naturel liquéfié.

« Entre autres projets suicidaires, qui nous mèneront à l’abîme climatique et social. Mais nous ne le laisserons pas », a déclaré l’activiste.

Alice Gato a souligné à plusieurs reprises qu’il n’est pas possible de sauver les océans sans interdire les combustibles fossiles et sans réduire les émissions, et que les émissions doivent être divisées par deux en huit ans, mais que rien n’est fait.

Ce soir, les jeunes portugais auront des rencontres avec des militants d’autres mouvements et d’autres pays, et prépareront les prochaines actions, qui comprennent, a déclaré Alice Gato, des perturbations des cours à la rentrée prochaine. L’une des affiches placées sur le site de la veillée porte la phrase «Fin du fossile. Sep. Oct. Occuper ».

Les jeunes militants avertissent que les dirigeants mondiaux, responsables de l’augmentation des émissions et donc du réchauffement climatique, ne peuvent pas simplement s’excuser.

Appelant la société à se joindre à l’initiative, Alice Gato, étudiante à l’Universidade Nova de Lisboa, a déclaré qu’à la fin de la veillée, les jeunes auront une action intitulée « lutter contre les fossiles, ne pas se noyer! », et que le mouvement sera également présent, mercredi après-midi, dans un autre événement, la Marche bleue pour le climat, qui est prévue au Parque das Nações.

La deuxième Conférence des Nations Unies sur les océans, réunissant des dirigeants du monde entier et sous le slogan « Sauvez les océans, protégez l’avenir », a débuté lundi et se poursuivra jusqu’à vendredi.

PF // JMR