Matosinhos, Porto, 27 juillet 2021 (lusa) –

S’exprimant au début de la réunion du conseil exécutif, qui a eu lieu cet après-midi, Luísa Salgueiro a indiqué que le conseil consultatif sur la reconversion de la raffinerie de Galp a approuvé lundi la création d’un centre technologique pour l’énergie et la mer dans ces installations, à la suite de la proposition contenue dans une étude de l’Université de Porto sur l’impact de la fermeture de l’équipement.

Le maire a souligné la « grande unanimité » de la politique dans la solution, prévenant qu’un plan pour les installations de la raffinerie doit être élaboré afin d’utiliser le Fonds de transition équitable.

« J’ai déjà fait part de l’intention de revendiquer légitimement une partie du terrain de la raffinerie pour un usage public et que les ressources des entités publiques elles-mêmes puissent y être acheminées, sous la direction de la mairie », a annoncé Luísa Salgueiro.

Le président de cette municipalité du district de Porto a rappelé que l’étude de l’Université de Porto, publiée lundi, « dessine un scénario très grave, avec un impact énorme » pour la région.

« Il est essentiel qu’on puisse en faire un espace où il puisse y avoir à nouveau du développement économique, où au moins des emplois identiques sont créés, mais idéalement, la capacité à générer de l’emploi s’ajoute », a-t-il souligné.

La collectivité souhaite donc avoir accès aux « fonds de transition équitable, au fonds social européen et aux fonds Portugal 2030 pour, en premier lieu, indemniser les travailleurs, mais aussi garantir l’investissement colossal nécessaire à la réhabilitation de cette zone. arriver. « .

La fermeture de la raffinerie de Matosinhos, en avril, représente une perte de 5% du PIB à Matosinhos et de 1% dans la zone métropolitaine de Porto, selon une étude socio-économique à laquelle Lusa a eu accès aujourd’hui.

L’étude de l’Université de Porto estime la perte de 1 600 emplois à Matosinhos et 5 000 dans la zone métropolitaine de Porto [AMP] et 5 % de pertes de produit intérieur brut (PIB) pour Matosinhos et 1 % pour l’AMP.

Galp a fermé la dernière unité de production de la raffinerie de Matosinhos le 30 avril, suite à la décision de concentrer les opérations à Sines.

Après avoir décidé de fermer la raffinerie, Galp a entamé des discussions individuelles avec les 401 travailleurs concernés, atteignant un accord à plus de 40 %.

Au sein de celles-ci, plus de 100 poursuivront leur activité, soit dans le parc logistique de Matosinhos, qui maintiendra ses fonctions d’approvisionnement du marché du carburant dans le nord du pays.

D’autre part, 30% du total des travailleurs de la raffinerie de Matosinhos resteront, au moins, jusqu’en janvier 2024, dans le cadre des opérations de démantèlement et d’arrêt.

L’État est l’un des actionnaires de Galp, avec une participation de 7 %, via Parpública.

JCR (SVF) // LIL