Selon le syndicaliste des inspecteurs de la SEF, président du Syndicat des carrières de la recherche et de l’inspection, personnalité invitée cette semaine sur Irrevocável, l’émission d’interviews de VISÃO, la tutelle actuelle, représentée par le nouveau ministre de l’Administration intérieure, José Luís Carneiro, a un dialogue et attitude positive, totalement opposée à celle du précédent ministre, Eduardo Cabrita, qui « avait l’intention de sacrifier le SEF pour se sauver ». Et, par conséquent, les attentes concernant le nouvel AMI sont élevées. Mais le report de l’extinction du SEF aurait-il pu être dû au fait que le Gouvernement entendait mieux réfléchir à la mesure, ou s’est-il simplement produit parce que le processus de transfert des attributions du Service à d’autres forces de police est retardé ? « J’aimerais croire à la première hypothèse », dit Acácio Pereira, « mais je soupçonne que c’est la seconde qui a prévalu : en fait, rien n’avait été fait par le ministre précédent – mais j’espère qu’avec plus de temps pour évaluer , le Gouvernement finira par reconnaître que cette extinction serait une erreur.

Acácio Pereira a même signé une lettre du syndicat qu’il préside, adressée au président de la République, qui promulguait le décret d’extinction du SEF « en contradiction avec ses déclarations précédentes ». Désormais, dit l’inspecteur et syndicaliste, « ce que nous espérons, c’est que le président de la République soit cohérent et exerce son influence judiciaire pour convaincre le gouvernement que cette mesure doit être annulée ».

Acácio Pereira relativise ses propos sur l’existence présumée d’un problème de xénophobie au sein du PSP et de la GNR, qui déconseilleraient de transférer les compétences du Service des frontières à ces polices : « Je ne veux pas insister sur ce point. Je reconnais que ce problème peut exister dans n’importe quelle société, y compris la SEF. Mais les chiffres nous disent quelque chose : le SEF traite 30 millions de personnes par an et le cas du citoyen ukrainien tué à l’aéroport de Lisbonne, ayant été un cas isolé, est un cas de justice. Mon syndicat n’est pas d’accord avec ces situations et les signalera dès qu’il en aura connaissance ». Concernant le transfert de compétences, suite à l’extinction éventuelle du SEF, il craint « un déclassement dans le service », puisque, pour l’admission au SEF, « il y a une condition de diplôme… »

La question du prétendu « contrôle simplifié » d’entrée dans le pays, vérifié ces derniers jours, à l’aéroport Humberto Delgado, ne le concerne pas : « Nous parlons de citoyens britanniques et nous procédons à notre analyse des risques. Aucune procédure de sécurité n’a été négligée.

Il n’y a plus eu d’admissions au SEF depuis 14 ans. Eh bien, les gens prennent leur retraite et, malheureusement, ils meurent aussi…

Le manque de personnel continue d’être un problème, notamment parce qu' »il n’y a pas eu d’admissions au SEF depuis 14 ans et que les gens prennent leur retraite et, malheureusement, meurent aussi ». Le manque de personnel dans les aéroports est identifié comme la principale faiblesse du Service.

Acácio Pereira reconnaît que la question de l’immigration n’est pas une question de sécurité ou de police, mais « une question administrative ». Et il tire les ficelles, défendant que le SEF est « une référence en Europe » en matière de vraie sécurité, comme la détection de la traite des êtres humains ou d’autres attributions de la sphère strictement policière.

Du point de vue syndical, l’inspecteur reconnaît qu’« une grève dans une force de sécurité [vedada à PSP e à GNR mas permitida no SEF e na PJ] ce n’est pas une grève comme les autres ». « Chez SEF, chaque fois que nous utilisons ce droit, nous ne laissons jamais la sécurité nationale être mise en péril à aucune frontière. Nous évaluons toujours le recours à la grève comme une décision réfléchie et collective. Et nous l’utilisons avec la plus grande parcimonie.