Le budget de l’État pour 2022 (OE2022), qui sera désormais débattu à l’Assemblée de la République, à partir de la semaine prochaine, et dont l’approbation est garantie à la majorité absolue des députés dont bénéficie le PS, est un document de transition, avec une durée de vie limitée, qui reproduit essentiellement la proposition échouée l’année dernière, qui a provoqué la crise politique qui a conduit à l’anticipation des élections législatives.

La construction de la proposition actuelle OE2022 a été gérée, en grande partie, par l’ancien ministre des Finances, João Leão, notamment parce que le Premier ministre, António Costa, a promis lors de la campagne électorale qu’il rééditerait la proposition de budget échouée en octobre. 2021. Il a déjà été présenté par l’actuel titulaire du portefeuille, Fernando Medina, qui a accompagné une partie de l’élaboration, qui le défendra au Parlement et qui l’a déjà revendiqué comme le sien, mais il est entendu que son premier OE sera , vraiment, être celui de 2023, ce qui en fait un document transitoire.

La durée de vie de l’OE2022 sera également limitée à seulement six mois, un semestre, à compter de début juillet jusqu’à la fin de l’année. Soulignant la nature transitoire, le temps politique sera cependant encore plus court que le temps formel, d’un peu plus d’un quart, coïncidant avec l’été, car d’ici le 10 octobre, la proposition de budget de l’État pour 2023 devra être présentée.

Le fait que la proposition soumise par le gouvernement le 13 avril reproduise une grande partie de la proposition d’octobre est la principale critique formulée par les partis d’opposition, car le cadre dans lequel elle sera mise en œuvre a considérablement changé avec la guerre provoquée par l’invasion russe de l’Ukraine. , le 24 février, qui a renforcé l’incertitude qui existait déjà, liée à l’évolution de la pandémie et à la définition de tendances telles que la hausse générale des prix. Dans la proposition précédente, le gouvernement estimait une inflation de 1% l’an dernier, mesurée par l’IPCH, ralentissant à 0,9% cette année. Après tout, il était de 1,3% en 2021, et l’attente pour cette année a été révisée à la hausse, à 3,3%, lors de la présentation du programme de stabilité 2022-2026, présenté en mars, également par João Leão, et à nouveau avec le scénario macroéconomique contenu dans la proposition SO2022, à 4 %. Au cours de cette période, le rythme prévu de croissance des prix a plus que quadruplé. En mars, le taux d’inflation dans la zone euro, toujours mesuré par l’IPCH, a atteint 7,4 %, selon les données révélées par Eurostat ce jeudi, accélérant de 1,5 point par rapport à la valeur enregistrée en octobre, signifiant un maximum absolu dans la série actuelle. . Au Portugal, il était de 5,5 % au cours de la même période.

Les critiques se concentrent sur l’inflation
L’inflation a fini par devenir la principale préoccupation des partis d’opposition, qui considèrent que les conséquences du rythme de croissance des prix ne sont pas correctement encadrées dans la proposition OE2022, méritant de nombreuses critiques. Le président du PSD, Rui Rio, soutient que, s’il est approuvé, l’OE2022 implique que, dans la pratique, les Portugais perdent 4 % de leurs revenus chaque mois à cause de l’inflation. « À la fin de l’année, ils ont perdu la moitié de leur salaire. C’est comme couper la moitié de l’allocation de Noël. Quel est le terme que PS utilise pour cela ? Austérité », a-t-il accusé.

Rui Rio considère que OE2022 « n’est pas tourné vers la croissance » et implique une « véritable rupture du pouvoir d’achat des gens », qui vont « vivre moins bien dans six, sept mois qu’ils ne l’étaient en début d’année », contredisant l’un des priorités identifiées par le Gouvernement, de « renforcer les revenus des familles ». Pour cette raison, il a déjà annoncé que le PSD votera contre la proposition.

Le Chega, troisième force politique au Parlement, devrait également s’y opposer, puisqu’il a présenté une motion rejetant le programme gouvernemental, rejeté par les voix du PS, du PCP, du BE, du PAN et du Livre, mais dans lequel le PSD et IL s’est abstenu et a proposé un projet de résolution pour rejeter le programme de stabilité, qui sera voté ce vendredi. La critique formulée, dans les deux cas, était identique : « Elle est totalement dépassée et ne répond pas à la réalité macroéconomique du pays ».

principe incertain
Fernando Medina a souligné que la proposition a été faite dans une période d’incertitude et qu’elle est faite pour des périodes d’incertitude ; il a utilisé le nom quatre fois dans le bref discours qu’il a prononcé lors du débat sur le programme de stabilité 2022-2026 cette semaine, et l’a répété plusieurs fois dans les réponses données aux députés. Et il y a un effort pour laisser intact le mou laissé par l’équipe précédente, la baisse des dépenses matérialisées attendues (elle augmentera de 4,1%, plus lentement que le PIB), avec la pandémie nécessitant moins de compensation, et la marge conférée par l’évolution de l’inflation .

Lorsqu’il a présenté publiquement la proposition OS2022, il a défini six priorités, la première étant « poursuivre la consolidation budgétaire », ce qui se traduit par la limitation du déficit budgétaire à 1,9% du produit intérieur brut (PIB), soit neuf dixièmes de moins qu’en 2021. « C’est un OE (…) pour mener une politique de comptes corrects, qui est celle qui protège le mieux les intérêts des Portugais », a déclaré le ministre des Finances.

La priorité suivante est « d’atténuer le choc géopolitique », le gouvernement garantissant la disponibilité de 1,8 milliard d’euros contre la crise provoquée par la guerre. La question sera l’adéquation au mouvement des prix.

Medina ajoute que « le budget est organisé pour contenir l’inflation et ses effets, l’engagement de revenus et d’investissement et les bons comptes ». SO2022 prévoit que les recettes fiscales directes augmenteront de 4,8 %, à un rythme inférieur de 2,7 points de pourcentage à celui de l’économie, mais les recettes fiscales indirectes, où l’inflation se reflète, devraient augmenter de 8,2 %, avec la TVA, l’impôt qui a le plus de poids. , verra ses revenus augmenter de 10,6 %, trois points au-dessus de l’évolution de l’économie, en termes nominaux.

Cette année, les recettes fiscales dépasseront le total collecté en 2019, avant la pandémie de Covid-19. Pour autant, la pression fiscale, qui s’est élevée à 35,8% du PIB l’an dernier, renouvelant le record enregistré en 2020, selon les données publiées par l’Institut national de la statistique, devrait baisser cette année à 35,2% du PIB total. donc, à un niveau inférieur à celui indiqué dans la première proposition SO2022, qui était de 34,3 %.

Les priorités restantes sont « le renforcement des revenus des familles », ce qui est contesté, mais que le Gouvernement évalue à une augmentation des dépenses d’environ 450 millions d’euros ; « soutenir la relance des entreprises », qui coûtera 2 615 millions d’euros ; « investir dans le climat et la transition numérique », avec 1 159 millions d’euros alloués ; et « la relance des services publics », qui nécessitera 1,6 milliard d’euros.

L’investissement a été l’un des éléments mis en évidence par le gouvernement, qui souligne que le taux de croissance est le plus élevé depuis 2010, augmentant de 38,1%, une étape plus rapide de sept points que prévu dans la précédente proposition OE2022. Cependant, comme l’a déjà noté l’Unité d’appui technique budgétaire (UTAO), sans les fonds du Programme de relance et de résilience (PRR), c’est-à-dire sans les fonds européens, l’investissement serait inférieur à celui exécuté en 2021.

Propositions fiscales réémises
Au vu de la proposition initiale, d’octobre 2021, le scénario macroéconomique change et certains éléments sont ajustés, notamment parce qu’un semestre, aux douzièmes, sera achevé lorsque l’OE2022 entrera en vigueur.
En termes fiscaux, il n’y a pas de changements majeurs, conformément à ce qui a été décrit précédemment, en maintenant, comme Luís Marques, responsable fiscal national du cabinet de conseil EY, « maintient la ligne programmatique du gouvernement, basée sur la prémisse que nous sommes confrontés à un budget de la État qui privilégie avant tout les familles.

« Cette situation est visible, notamment à travers le déploiement des niveaux de l’IRS, en particulier les troisième et sixième niveaux, entraînant ainsi certains allégements fiscaux au niveau de la classe moyenne dite et également la reformulation du régime Young IRS, tel qu’il consacre l’allongement de l’horizon temporel de son application à cinq ans, au lieu de trois ans, comme c’était le cas jusqu’à présent », ajoute-t-il.

Comme en 2021, le gouvernement propose à nouveau une augmentation extraordinaire de dix euros pour les pensions les plus basses – jusqu’à 1 108 euros, correspondant à 2,5 fois la valeur de l’indice de soutien social. Il s’agit d’une mesure emblématique qui a servi d’arme politique au PS pour critiquer les partis de gauche – BE et PCP – pour avoir fait échouer la proposition OE2022 en octobre.