Le coordinateur du Bloco de Esquerda est revenu ce samedi défendre la légalisation du cannabis pour contrôler les risques, un an après qu’une initiative de ce type ait été débattue au parlement.

« Juin est aussi le mois contre toute hypocrisie. Il y a un an cette semaine, l’initiative du Bloc de gauche était débattue au parlement : la légalisation du cannabis. Comme vous le savez, ce processus n’a pas pris fin. Et de l’hypocrisie et du conservatisme, il y a une certitude que nous avons : c’est toujours mauvais pour la santé publique », a déclaré Catarina Martins, lors du rassemblement du Bloc de gauche qui a eu lieu cet après-midi à la Bibliothèque municipale de Santo Tirso (district de Porto).

Le Bloco de Esquerda estime que c’est le moment où le Portugal est en mesure de passer l’initiative de légaliser le cannabis, car il y a des députés dans tous les bancs qui ont déjà compris que l’hypocrisie de l’interdiction est une façon de mettre les jeunes en danger .

« Défendre la santé publique, c’est mettre fin à l’hypocrisie. Et nous pensons qu’en ce moment, toutes les conditions sont réunies pour mettre fin à cette hypocrisie au Portugal. Le Parti socialiste a la majorité absolue, mais il a également promis que sur ces questions, il donnerait la liberté de vote. Et on sait qu’il y a tellement de gens, dans toutes les banquettes parlementaires, qui ont déjà compris que l’hypocrisie de la prohibition a été une façon de mettre les jeunes en danger », a-t-il dit.

Sur le marché illégal, le cannabis est devenu « de plus en plus dangereux », a prévenu le chef de bloc, notant que, sans information et sans savoir ce qu’ils consomment, de nombreuses personnes « mettent leur santé en danger ».

« Contrôler les risques et mettre fin à l’hypocrisie est une politique de santé publique et c’est aussi l’engagement que le Bloco de Esquerda prend en un mois qui célèbre le 20e anniversaire de la stratégie nationale de lutte contre la drogue et cela fait un an que nous n’avons pas eu ce débat,  » il expliqua.

Le coordinateur du Bloco de Esquerda a également défendu de meilleures politiques culturelles aujourd’hui : « pour sauver la mémoire de ce que nous sommes » et comment « nous avons été construits ».

« C’est la lutte du travail, quand on se bat pour la politique culturelle. Le combat pour que les sites culturels soient des lieux pour tous », a-t-il souligné.

Pour Catarina Martins, « une démocratie n’est telle que lorsque toutes les personnes, de toutes conditions, entrent (…) dans tous les espaces officiels ou officiels de pratique culturelle. Et c’est pourquoi chaque pays a besoin de sa bibliothèque, comme il a besoin de son théâtre.