Les forces de police, qui ont isolé la place de l'Indépendance, dans un quartier central de Minsk, ont arrêté à la fois les manifestants à pied et ceux qui voyageaient à vélo, selon les médias locaux.

Dans certains cas, les forces d'intervention ont utilisé des matraques pour contrôler les manifestants, dont la majorité étaient jeunes, rapporte l'agence EFE.

La presse locale a également déclaré que dans le centre de la capitale, il y avait également des affrontements entre les manifestants et la police, dans une zone où plusieurs magasins et centres commerciaux ont fermé leurs portes.

La police a utilisé des balles en caoutchouc, des grenades étourdissantes et des gaz lacrymogènes pour disperser la foule, et les médias locaux ont rapporté des tireurs d'élite sur les toits de certains bâtiments.

Plusieurs journalistes ont également été arrêtés, locaux et étrangers, comme ce fut le cas avec un reporter de la chaîne russe RT.

Près de l'obélisque de Minsk, l'un des centres névralgiques des manifestations post-électorales, on ne trouve pratiquement aucun manifestant, la police ayant isolé l'endroit et installé des camions avec des tuyaux d'eau à proximité.

Les manifestations ont également eu lieu dans d'autres villes de Biélorussie, comme Brest et Grodno, où une vingtaine de jeunes ont été arrêtés et emmenés dans des postes de police dans des véhicules de police.

La candidate de l'opposition biélorusse Svetlana Tikhanovskaia a rejeté dimanche les résultats officiels des élections présidentielles et a demandé au président, considéré comme le vainqueur, de remettre le commandement du pays.

La politique a également encouragé les Bélarussiens qui "croient que leur vote a été volé" à "ne pas rester silencieux".

Après avoir demandé dimanche soir aux Biélorusses de "mettre fin aux violences", Svetlana Tikhanovskaia a demandé aujourd'hui aux autorités de ne pas utiliser la force contre les citoyens.

Les porte-parole du chef de l'opposition ont exclu leur participation aux manifestations, afin d'éviter les «provocations».

Le ministère de l'Intérieur a fait état d'environ 3 000 arrestations aux premières heures de dimanche à lundi pendant les manifestations et a ouvert plus de 20 affaires pénales pour agressions contre les forces de sécurité.

Les autorités biélorusses ont officiellement annoncé aujourd'hui la victoire, avec 80,23% des voix, d'Alexandre Loukachenko, 26 ans au pouvoir et réélu pour un sixième mandat, après une élection présidentielle marquée par de forts soupçons d'irrégularités.

DYMC // EL

Biélorussie / Élections: Une nouvelle journée de manifestations se traduit par des dizaines d'arrestations apparaissant en premier dans Vision.