Le président libanais Michel Aoun a déclaré aujourd'hui que l'explosion dans le port de Beyrouth est due à "une négligence ou une action extérieure", évoquant l'hypothèse "d'un missile", mais il a refusé une enquête internationale sur ce qui s'était passé.

"Il est possible que cela ait été causé par négligence ou par une action extérieure, avec un missile ou une bombe", a déclaré le chef de l'Etat libanais lors d'une émission télévisée avec des journalistes, trois jours après la catastrophe qui a fait 154 morts et des milliers de personnes. blessé.

C'est la première fois qu'un responsable libanais évoque un indice extérieur dans le cas des explosions, que les autorités libanaises ont attribué à un incendie dans un entrepôt où environ 2 750 tonnes de nitrate d'ammonium étaient stockées.

Le chef de l'Etat, âgé de 85 ans, a déclaré avoir demandé jeudi au président français Emmanuel Macron "en personne", qu'il a reçu au palais présidentiel, "de fournir des images aériennes pour déterminer s'il y avait des avions dans l'espace (aérien) ou missiles »au moment de l'explosion de mardi.

"Si les Français n'ont pas ces images, nous demanderons à d'autres pays", a-t-il déclaré.

En revanche, Aoun a rejeté toute enquête internationale sur la question, estimant qu'elle ne ferait qu' «affaiblir la vérité».

Le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme a appelé aujourd'hui à une enquête indépendante sur les explosions, insistant sur le fait que "les demandes de responsabilité des victimes doivent être entendues" après qu'Emmanuel Macron a appelé jeudi à une enquête internationale "transparente".

Le président libanais était cependant d'accord avec son homologue français qui a appelé les responsables libanais à "changer le système".

«Nous sommes confrontés à une révision de notre système consensuel, car il est paralysé et ne permet pas de prendre des décisions qui peuvent être mises en œuvre rapidement: elles doivent être consensuelles et passer par différentes autorités», a déclaré Aoun, critiqué par une grande partie de l'opinion publique libanaise, d'autant plus que les explosions dévastatrices dans le port de la capitale libanaise.

Concernant l'existence de 2 750 tonnes de nitrate d'ammonium dans le port de la ville, Aoun a déclaré avoir été informé de l'affaire le 20 juillet et ajouté qu'il avait «immédiatement ordonné» aux autorités militaires et de sécurité de faire tout ce qui était nécessaire.

Sans donner plus de détails, le président a déclaré que plusieurs gouvernements depuis 2013 ont reçu des avertissements sur le matériel.

Le Liban traverse une grave crise économique – marquée par une dévaluation sans précédent de sa monnaie, une hyperinflation, des licenciements massifs -, aggravée par la pandémie du nouveau coronavirus, qui a contraint les autorités à confiner la population pendant trois mois.

PAL // FPA

Le contenu Beyrouth / Explosions: la RP libanaise parle de négligence ou de missile et refuse l'enquête internationale apparaît en premier dans Vision.