La coordinatrice du BE, Catarina Martins, a défendu ce dimanche 16 janvier que les « diverses déclinaisons » de la majorité absolue demandées par le PS, y compris avec le PAN, ne sont pas une solution pour le Portugal, rejetant une « navigation à vue » et demandant « un nouveau cycle plus exigeant ».

BE a choisi le barrage de Miranda do Douro, district de Bragance, pour le lancement officiel de la campagne électorale pour les élections législatives du 30 janvier, en se concentrant sur un sujet cher au parti l’année dernière : les 110 millions d’euros qu’EDP n’a pas payés de timbre droit pour la vente de six barrages qui étaient prévus pour le développement de cette région.

« Le pays n’a besoin ni de majorités absolues ni de majorités absolues avec le PAN, encore moins de navigation en vue. Ce dont le pays a besoin, c’est d’un contrat pour le pays qui sauve le SNS, qui respecte ceux qui travaillent, qui combat les inégalités », a-t-il répondu aux journalistes interrogés sur la possibilité avancée par le Premier ministre, António Costa, de gouverner comme António Guterres . .

Interrogé si la stratégie de cette campagne sera de faire la différence avec le PS, le leader du BE a commencé par réitérer que la « droite n’aura pas de place » avec le BE puisqu’elle n’accepte pas « la destruction de l’Etat social, de services publics, la lutte contre les droits du travail et les bas salaires ».

« Mais on sait aussi qu’une majorité absolue du PS ou une majorité absolue avec le PAN, les différentes déclinaisons que le PS réclame, cette majorité absolue ne sera pas la solution pour le pays. Il nous faut un nouveau cycle plus exigeant », s’est-il défendu.

Au Portugal, où « ceux qui travaillent ont travaillé si dur, ont eu une vie si difficile et il continue d’y avoir une économie de privilèges ».

« La vente des barrages EDP, sans payer le droit de timbre aux habitants de Terra de Miranda, à qui le droit de timbre a été promis, est un exemple de cette économie privilégiée que nous luttons pour avoir un pays plus juste, avec plus horizon futur parce que oui, nous aimons le Portugal, nous voulons vivre ici et tout le monde doit pouvoir vivre ici, la tête haute, dans tout le pays », a-t-il déclaré.

Selon Catarina Martins, « après un an, le gouvernement n’a toujours pas expliqué pourquoi il n’a pas collecté cette taxe auprès d’EDP ».

« La question des barrages est une question longue et exemplaire de l’économie des privilèges », a-t-il critiqué.

Le chef du BE a rappelé l’ancien ministre de l’Économie de José Sócrates, Manuel Pinho, qui « a prolongé la concession de 27 barrages dans un processus qui fait l’objet d’une enquête par les tribunaux », un processus par rapport auquel « les tribunaux feront leur chemin » .

« Mais à propos de la perception du droit de timbre qui est dû à ces personnes et aussi du démarrage des barrages pour payer l’IMI à ces municipalités, eh bien cela ne dépend pas de la justice, cela dépend de la volonté politique », a-t-il contesté.

À côté du barrage et un matin où les thermomètres marquaient zéro degré, Catarina Martins a déclaré que le parti était de nouveau avec le mouvement Terras de Miranda – qui a identifié toute cette affaire – « parce qu’il croit au Portugal ».

« Il croit que nous pouvons avoir un pays plus égalitaire, plus juste et nous ne sommes pas résignés à l’économie des privilèges, une grande partie du pantouflage », a-t-il dit.

Les « 18 ex-ministres et anciens secrétaires d’État du PS et du PSD passés à l’EDP au fil des années » sont un exemple de ce « pantouflage » que dénonce BE et qui, selon eux, « a volé ceux qui vivent de leur travail » . »

« Et c’est pour cette économie plus juste, parce que nous croyons au Portugal, que nous sommes ici et nous avons commencé la campagne ici, à Miranda do Douro », a-t-il justifié.