« Deux mois de majorité absolue et le gouvernement présente à peine son programme, et pour la première fois depuis de nombreuses années, il abandonne l’objectif de garantir à toutes les personnes au Portugal l’accès à un médecin de famille, ce n’est plus un objectif », a déclaré Catarina Martins dans le communiqué de presse clôture de la rencontre nationale sur la santé, organisée aujourd’hui par le parti, qui s’est déroulée dans une école de Lisbonne.

Selon lui, « abandonner l’objectif d’une couverture totale du territoire en médecins de famille pour l’ensemble de la population, c’est abandonner l’idée d’un Service National de Santé [SNS] c’est sur tout le territoire et ça répond à toute la population, et c’est l’un des plus gros reculs dans le domaine de la santé ».

« Il est possible, s’il y a une volonté, jusqu’à la fin de la législature, de garantir que toute la population ait un médecin de famille et qu’elle dispose d’une équipe de santé familiale, car le SNS forme suffisamment de personnes pour le faire. Reste à savoir s’il y a une décision politique pour leur donner les conditions pour travailler et ainsi garantir l’accès à la santé à toute la population », s’est défendue la dirigeante blockiste, garantissant que son parti ne renoncera pas à se battre pour cet objectif.

À l’occasion, Catarina Martins a également évoqué le projet de budget de l’État pour cette année, dont la discussion dans la spécialité et le vote mondial final auront lieu la semaine prochaine au parlement, soulignant que « le budget de la santé augmentera en dessous de l’inflation, ce qui signifie que la santé , comme tout le reste, paiera plus mais il n’y a pas d’évolution qui le permette ».

Et il a soutenu que « les intentions que le ministre de la santé annonce comme intentions principales de ce budget, à savoir concernant les professionnels, aucune n’existe dans le projet de budget de l’Etat, c’est une fiction ».

«La ministre dit qu’elle veut des incitatifs pour les médecins de famille, une règle légale ou de l’argent dans le projet de loi pour cela, zéro. La ministre dit qu’elle veut compter la durée de service des infirmières, norme légale ou budget pour cela dans le budget, zéro. La ministre dit qu’elle veut créer la carrière des techniciens auxiliaires de santé, une règle pour ceci ou un budget pour cela, zéro », a énuméré la dirigeante de BE.

« Ils me diront, bien sûr, que le budget n’est pas sérieux, il est, comme nous l’avons vu ici aujourd’hui, déjà sous-budgétisé. C’est vrai », s’est défendue Catarina Martins, affirmant que « le ministre de la santé, avec une candeur remarquable, a affirmé tout de suite dans le débat budgétaire que le budget de la santé est sous-budgétisé de moins d’un milliard d’euros ».

Et il a dit que la conséquence sera « les hôpitaux, les formations sanitaires devront contracter des doutes avec les laboratoires pharmaceutiques, avec les gros prestataires, parce qu’ils n’ont pas l’argent pour arriver à la fin de l’année », estimant que la « sous-budgétisation de le Service national de santé est un fret qui est fait à des groupes économiques privés pour qu’ils facturent ce qu’ils veulent au SNS, qui n’a aucune capacité de négociation ».

Dans son discours, Catarina Martins a également défendu qu' »un autre service est sur le point d’être inventé autre que le SNS qui puisse garantir cet accès à la santé », mais a critiqué que « le grand drame » de l’heure actuelle « c’est que la planification sanitaire s’est arrêtée » , à cela le SNS n’a pas « de projet pour l’avenir ».

FM // MSP