« Le Premier ministre a évoqué, en mai, la fermeture de la raffinerie de Matosinhos comme un bel exemple du pari sur les défis environnementaux et il vient aujourd’hui, tel un croque-mitaine d’hommes d’affaires, dire qu’une leçon exemplaire doit être donnée à Galp », dit-il Francisco Rodrigues dos Santos.

Le président du CDS-PP s’exprimait dans une rue de Santana, une commune du nord de l’île de Madère, la seule des onze qui composent la région autonome gouvernée par le CDS-PP.

« Je veux informer le Premier ministre que son rôle n’est pas d’être un croque-mitaine dans la vie des hommes d’affaires, ni de leur donner des conseils sur la manière de gérer leurs affaires », a-t-il déclaré, renforçant : « Il doit leur faciliter la vie en téléchargeant impôts, réduisant la bureaucratie et leur permettant d’avoir des économies pour réinvestir dans leurs entreprises et créer des emplois.

Le leader centriste a souligné que le chef de l’exécutif socialiste devrait « se soucier davantage » des entreprises entièrement gérées par l’État, comme la TAP, dont la gestion est selon lui « absolument ruineuse », plutôt que de donner des conseils aux entrepreneurs.

« On a déjà remarqué que ce Premier ministre et ce gouvernement comprennent très peu l’économie », a-t-il déclaré.

Dimanche, en campagne pour les élections locales à Matosinhos, le secrétaire général du PS, António Costa, a estimé qu’« il était difficile d’imaginer tant de bêtises, tant de bêtises, tant d’insensibilité » comme l’a démontré Galp lors de la fermeture de la raffinerie de Matosinhos. , promettant une « leçon exemplaire » à l’entreprise.

« Galp a commencé par révéler une insensibilité sociale totale en choisissant le 20 décembre, cinq jours avant Noël, pour annoncer à ses 1 600 travailleurs qu’il fermerait la raffinerie de Matosinhos », a souligné le secrétaire général du PS.

La société a fermé la dernière unité de production de la raffinerie de Matosinhos le 30 avril, suite à la décision de concentrer les opérations à Sines.

À Santana, où le CDS-PP dirige le conseil municipal depuis 2013, Francisco Rodrigues dos Santos a déclaré que son parti a « de bons comptes » et que la municipalité en est un exemple.

« Nous avons hérité d’une Mairie avec 8 millions de dettes et en huit ans nous avons pu payer toute la dette de la Mairie », a-t-il expliqué, ajoutant : « Le délai moyen de paiement aux fournisseurs est désormais de quatre jours et nous pouvons toujours pratiquer les impôts les plus bas autorisés par la loi sur les familles et les entreprises et nous avons réussi à investir 8 millions.

Et il a renforcé : « Nous sommes, ici, à Santana, comme dans toutes les chambres que nous gouvernons, un parti de comptes corrects, d’impôts bas, engagés dans la défense des familles, la valorisation du patrimoine et la défense des traditions et aussi dans la création de nouvelles opportunités qui sont essentiellement générés par les nouveaux investisseurs que nous sommes en mesure d’attirer.

Francisco Rodrigues dos Santos termine aujourd’hui une visite de deux jours à Madère, dans le cadre de la campagne pour les élections municipales du 26 septembre, après avoir visité les trois municipalités où le CDS-PP se présente avec ses propres listes : Calheta, Câmara de Lobos et Santana. Dans le reste, le parti avance en coalition avec le PSD, comme le gouvernement régional.

CC (MPE/TA/SVF) // ACL

Le contenu Autárquicas : le leader du CDS critique Costa, armé d’un « croque-mitaine d’hommes d’affaires » apparaît en premier dans Visão.