Le ministre d’État et des Affaires étrangères, Augusto Santos Silva, a appelé les partenaires parlementaires du gouvernement à collaborer à la mise en œuvre du Plan de relance et de résilience (PRR) et à la préparation et l’approbation du budget de l’État pour 2022. le débat sur l’État de la nation tenue ce mercredi à l’Assemblée de la République, le responsable du gouvernement qui a dit un jour aimer « s’entraîner à droite » n’a pas non plus épargné les critiques de ce qu’il a qualifié de « paresseux », « monothématique » et « imprudent ». « opposition ».

« C’est l’engagement du gouvernement : construire et appliquer des solutions concrètes aux vrais problèmes des Portugais. Et pour cela, nous comptons sur la demande critique et la collaboration constructive de tous nos partenaires parlementaires dans tous les domaines pertinents », a déclaré Augusto Santos Silva, chargé par le Premier ministre António Costa de clore le débat.

La contribution ainsi demandée au Bloc de gauche, au PCP, au PEV et au PAN pour rendre réalisable le prochain budget de l’Etat a été présentée par le responsable du gouvernement comme un moyen de « nous avons tous les mesures politiques et les ressources financières nécessaires pour faire avancer un agenda social clair en faveur de égalité, droits et juste rétribution ». Quelque chose qui impliquera, selon ses mots, « des politiques visant à la croissance et à l’emploi, avec un sentiment d’urgence, de réforme et d’action, en faveur du Portugal et des Portugais ».

Bien différent des propos dédiés à ceux sur lesquels le PS compte pour mener la législature jusqu’au bout, le ministre des Affaires étrangères avait affirmé quelques minutes auparavant que la droite « ne montre rien de plus que la litanie répétitive des affaires du jour », dans une apparente référence aux appels pour le remplacement du responsable du ministère de l’Administration intérieure, Eduardo Cabrita.

« L’époque dans laquelle nous vivons ne nous permet pas de faire des erreurs de priorités. L’heure n’est pas à la remise en cause de la Constitution, mais au respect de la Constitution. Le moment n’est pas venu d’introduire les querelles dans le débat politique, mais plutôt les problèmes. Le moment n’est pas d’assimiler l’agenda populiste ou de normaliser les discours de haine, par exemple contre les Roms, mais plutôt de construire des solutions politiques capables de soutenir et d’accélérer la reprise nationale », a déclaré Augusto Santos Silva.

Particulièrement critique envers le PSD, qui n’avait pas son président, Rui Rio, présent en plénière en raison du décès d’un membre de sa famille, Santos Silva a accusé les sociaux-démocrates de pouvoir « un jour dire une chose et l’autre le contraire. », citant comme exemples les horaires des restaurants et la « lutte contre la désinformation ». La cohérence avec le plus grand parti d’opposition n’a été trouvée que dans la tentative de « réduire leurs pertes électorales au détriment des petits partis » à travers la proposition de réviser la législation électorale et d’avoir l’intention d’aller de l’avant avec une révision constitutionnelle qui « remettait en cause l’indépendance du judiciaire ».