Mercredi, la pétition «Enregistrer les pharmacies, se conformer au SNS (National Health Service)» a été discutée, qui a recueilli plus de 120 000 signatures et met en garde contre la faillite imminente de 675 pharmacies faisant l'objet d'une procédure de mise en gage et d'insolvabilité, demandant au Parlement un programme législatif pour soutenir le secteur à travers des incitations et de meilleures conditions de fonctionnement pour les pharmacies les plus fragiles et l'interdiction de la concentration des unités et leur installation dans les hôpitaux.

Le débat a enregistré l'unanimité des parties sur la nécessité de soutenir le secteur pharmaceutique, le PS reconnaissant qu'il y a encore "beaucoup de travail à faire", montrant une disponibilité pour approfondir et évaluer les projets en question.

Dans le projet de résolution communiste, le PCP souligne que les difficultés rencontrées par les pharmacies communautaires «affectent négativement les populations» et remettent en cause des milliers d'emplois, recommandant au gouvernement des «actions concrètes» telles que la prévention de la concentration des biens dans le secteur et possibilité de dispenser des médicaments hospitaliers dans les pharmacies communautaires, comme solution alternative d'accès, sans surcoût pour l'utilisateur.

Le projet CDS-PP, en revanche, préconise la fourniture de médicaments oncologiques et anti-VIH dans les pharmacies communautaires, l'élaboration d'une enquête sur les maladies chroniques pouvant être surveillées par ces établissements pharmaceutiques et un plan de relance ou une liste d'incitations pour les pharmacies ensemble. associations représentatives du secteur.

L'Initiative libérale recommande que le gouvernement rapproche le médicament de l'utilisateur et veille à ce que «les mécanismes de fixation des marges et des prix incluent tous les facteurs qui affectent la durabilité de la chaîne du médicament», afin d'éviter les situations de pénurie de médicaments.

Ce jeudi, l'Association nationale des pharmacies (ANF) a estimé que "sauver les pharmacies remplira" le Service national de santé (SNS) et veillera à ce "qu'il atteigne efficacement les citoyens", en réaction à l'unanimité des partisans en faveur du secteur.

Un projet de résolution n'a pas force de loi et constitue une recommandation à l'exécutif.

ARYL (AFE) // SF

Le contenu AR approuve les projets qui recommandent le soutien du gouvernement au secteur pharmaceutique apparaît d'abord à Visão.