Le Premier ministre, António Costa, a déclaré aujourd’hui qu’il n’y a qu’une seule chance de recevoir les fonds alloués au Portugal dans le cadre du Plan de relance et de résilience (PRR), qui est de réaliser les projets décrits.

« Soit on le fait, soit on ne le reçoit pas et, donc, pour ne pas gâcher cette opportunité unique, il n’y a pas deux options, ici il n’y en a qu’une, qui est de le faire », a déclaré Costa à la clôture de la V Congrès de SEDES – Association pour le développement économique et social , au Palácio da Bolsa, à Porto.

Dans un discours de plus de 40 minutes, le responsable du gouvernement a souligné que le PRR peut avoir de nombreux défauts, mais qu’il a une énorme vertu basée sur le fait qu’il n’est pas, comme il est d’usage dans les fonds communautaires, un chèque préfixé qui sera être encaissé en toute liberté.

« Non, le PRR est un contrat signé entre la République portugaise et la Commission européenne dont le déblocage des tranches de financement est subordonné à la mise en œuvre de l’ensemble des réformes qui y sont identifiées, à la vérification des objectifs et des jalons contractés, ainsi qu’à la mise en œuvre des investissements qui ont également été définis », a-t-il renforcé.

Pour le Premier ministre, ce nouveau modèle et ce nouveau pacte « inspireront sûrement » les futurs cadres financiers pluriannuels, associant ce qu’est la solidarité européenne à la responsabilité nationale d’atteindre des objectifs communs.

La stratégie du Portugal est fondée sur l’emploi de qualité, notamment dans les qualifications, l’investissement et l’innovation, une stratégie qui « a fait ses preuves » et qui a placé le pays, pour la première fois depuis le début du siècle, sur une trajectoire de convergence soutenue avec le Union européenne, voyez-vous.

Selon Costa, il faut désormais conforter cette trajectoire avec une croissance encore « plus robuste, verte et numérique », une croissance d’avenir qui affirme le potentiel compétitif du pays et qui ne laisse personne de côté.

« C’est notre vision, il y a certainement d’autres visions différentes, mais tout comme les institutions de la société civile, comme la SEDES, sont chargées de contribuer à un débat générateur de consensus, il appartient également aux dirigeants politiques d’avoir la capacité et le besoin de prendre des décisions et assumer la responsabilité de les incarner », a-t-il conclu.

Au final, Costa est parti précipitamment et a refusé de faire des déclarations aux journalistes sur la date des élections législatives, annoncée jeudi soir par le président de la République, affirmant qu’il avait déjà tout dit.

« J’ai tellement dit. Ce n’est pas la peine que tout le monde vienne en courant, ils sont juste fatigués, ce que j’avais à dire aujourd’hui, j’ai déjà eu l’occasion de le dire dans mon discours, en parlant de notre avenir pour le développement du pays », a-t-il simplement déclaré.

SVF // JPS