António Costa a admis ce vendredi qu’il aimerait que le Portugal soit un pays où le dialogue social est plus important et où l’État a moins besoin d’intervenir, mais que ce n’est pas la réalité et, en tant que tel, les travailleurs manquent de protection par la loi. Le secrétaire général socialiste a répondu à João Cotrim Figueiredo, leader de l’Initiative libérale (IL), dans le débat qui opposait à la fois sur TVI et qui était dominé par les questions du travail et de la fiscalité.

Le Premier ministre a fait valoir qu’il est nécessaire que le pays « ait une législation au travail qui garantisse l’équilibre entre les parties et la protection de la partie la plus faible, les travailleurs », car le dialogue social, à lui seul, n’est pas une garantie de cela.

« Mon rêve était que nous vivions dans un pays nordique, où le dialogue social fonctionnerait tout seul et où l’État n’aurait pas à intervenir. Malheureusement, ça ne marche pas comme ça. »

Le débat entre les dirigeants socialistes et libéraux a été marqué par des échanges d’idées autour de la législation du travail et de la sécurité sociale, João Cotrim de Figueiredo rappelant que le Fonds de stabilisation financière a déjà une partie de son portefeuille investi sur les marchés, à l’instar de ce que propose l’IL et critique le PS.

« Déjà aujourd’hui, la Caisse de stabilisation financière de la sécurité sociale a environ 20% de son portefeuille investi en bourse », a déclaré l’unique député d’IL, demandant à António Costa si cela « met également en péril l’épargne des Portugais », comme le socialiste chef avait accusé il y a quelques instants.

« Il y a des Portugais qui reçoivent en dessous du salaire moyen et qui déduisent pour payer des pensions et des pensions bien au-dessus du salaire moyen », a poursuivi Cotrim de Figueiredo, critiquant cette situation et qualifiant les remises de la Sécurité sociale d' »authentiques impôts ».

Toujours sur le plan économique et fiscal, qui a dominé la conversation entre les deux chefs de partis qui se présentent pour les prochaines législatives du 30 janvier, António Costa a souligné le record d’investissements directs étrangers réalisé par l’Agence pour l’investissement et le commerce extérieur du Portugal (AICEP ), arguant que le chemin de la croissance économique passe par là et par l’innovation.

À son tour, Cotrim de Figueiredo a défendu que « l’innovation n’est pas compatible avec le système qui existe au Portugal, ni le système judiciaire, ni le système fiscal ». Cependant, le leader libéral a convergé avec António Costa lorsqu’il a salué le « régime le plus compétitif de toute l’UE pour la propriété intellectuelle et le traitement très favorable pour ceux qui investissent et travaillent dans les startups », mesures incluses dans la proposition du gouvernement socialiste pour le budget de l’État pour 2022.