Le discours par lequel António Costa a clôturé le débat parlementaire sur le budget de l’État pour 2022, quelques minutes avant la présentation de la proposition de comptes publics présentée par son gouvernement, a montré que le Premier ministre ne voulait pas perdre de temps, juste avant les élections anticipées résultant d’une dissolution. de l’Assemblée de la République qui, s’il est confirmé, ne sera décidé par Marcelo Rebelo de Sousa qu’en milieu de semaine prochaine.

S’adressant aux différents bancs d’une opposition presque entièrement unie dans la désapprobation du document élaboré par João Leão, alors que seuls les 108 députés PS ont voté pour, les trois députés PAN et les non-inscrites Cristina Rodrigues et Joacine Katar Moreira choisissant par s’abstenant, le Premier ministre s’est fixé l’objectif d’atteindre une « majorité renforcée, stable et durable » lors des prochaines législatives.

Même sans demander explicitement la majorité absolue qu’il n’a pas obtenue en 2019, quatre ans après que les accords d’incidence parlementaires qui ont donné lieu au ‘gimmick’ lui ont permis de gouverner malgré le retard du PS sur la coalition minoritaire formée par le PSD et le CDS- PP, Costa a signalé que la campagne électorale a commencé même s’il a clairement indiqué qu’il est prêt à gouverner pour les douzièmes si telle est la volonté du président de la République.

Veiller à ce que la droite « ferme ses portes » et « n’est toujours pas prête à gouverner » – malgré le fait qu’au cours des deux jours de débat parlementaire elle ait suscité, comme d’autres membres du gouvernement et de la banquette parlementaire socialiste, la menace d’un renversement de les options politiques des six dernières années en raison du retour au pouvoir du PSD et de ses partenaires – le Premier ministre a admis revenir à la collaboration avec les partis les plus à gauche lors de la prochaine législature.

« Je suis fier de ce que nous avons pu faire de 2016 à aujourd’hui », a-t-il déclaré, ouvrant la porte à de nouvelles ententes en vue d’« un gouvernement équilibré et responsable qui a tout le potentiel pour construire l’avenir ». Cependant, il a également précisé qu’il considérait l’avance du budget de l’État pour 2022, en raison des votes contre du Bloc de gauche, du PCP et du PEV, comme un motif de « frustration » et de « défaite personnelle », accusant l’habituel partenaires parlementaires d’avoir pris l’option stratégique de désapprouver le document pour affronter le PS aux urnes avant 2023, quand l’impact du Plan de relance et de résilience se fait plus fortement sentir dans la relance économique et sociale. « L’aube du 22 juin a été le jour où beaucoup d’ici ont décidé qu’il était temps de renverser ce gouvernement », a-t-il déclaré.

Transférer aux partis plus à gauche la charge de la désapprobation annoncée au stade général était l’une des priorités d’António Costa avant et après le vote, répétant que son gouvernement « laisse la tête haute » et « avec la sérénité et la liberté de ceux qu’il a bonne conscience ». Et bien que le « blâme-culpabilité » ait dominé la deuxième journée du débat parlementaire, l’insistance à attribuer des responsabilités aux bloquants, aux communistes et aux verts pour la direction du « budget de l’État le plus à gauche de tous les temps » a mobilisé des personnalités de l’exécutif comme João Leão, Pedro Siza Vieira. et Marta Temido. Sans être impressionnée, la coordinatrice du Bloc de gauche, Catarina Martins, a rétorqué que l’expression « est tellement creuse que la droite la répète ».

Il est certain que tous les partis se sont déclarés prêts à aller aux votes si l’entente de Marcelo Rebelo de Sousa est maintenue – qui a reçu António Costa et Ferro Rodrigues mercredi soir au palais de Belém, à la suite de contacts avec les partenaires sociaux vendredi, avec les partis avec représentation parlementaire (et aussi le Livre) samedi et la réunion du Conseil d’Etat mercredi -, la voie vers des élections anticipées prend de nouvelles contours au PSD et au CDS-PP, qui ont des processus en cours pour choisir la direction dans laquelle les sortants Rui Rio et Francisco Rodrigues dos Santos sont défiés, respectivement, par les eurodéputés Paulo Rangel et Nuno Melo.

Tous deux ont déjà clairement indiqué qu’ils n’accepteraient pas le report du choix du leadership, mais la vérité est que les calendriers qui se chevauchent posent certains problèmes. La législation électorale établit que les législatives ont lieu 55 à 60 jours après la dissolution de l’Assemblée de la République, mais aussi que les listes des députés sont délivrées jusqu’au 41e jour avant la date du passage des électeurs aux urnes. Et compte tenu du fait que le congrès du CDS-PP est prévu les 27 et 28 novembre, suite aux élections directes du PSD le 4 décembre, avec le congrès social-démocrate prévu les 14 et 15 janvier, il est difficile de tenir des législatives avant fin janvier ou début février sans qu’un leader actuel ne soit finalement vaincu chargé de choisir les députés de son parti.

Un plus grand soulagement existe à Chega et à l’Initiative libérale, dont les présidents et députés uniques actuels attendent une multiplication remarquable du nombre de mandats dans les prochaines législatures, compte tenu des résultats que les deux partis accusent dans les sondages les plus variés.