La Commission pour l’égalité et contre les discriminations raciales (CICDR) a condamné André Ventura à payer une amende de 3 370,56 euros, plus 102 euros pour les frais de procédure, après avoir considéré qu’il prouvait que l’homme politique « avait l’intention d’offenser pour humilier les Roms, stigmatisation et préjugés croissants contre la communauté ». Il s’agissait d’une publication réalisée par Ventura sur Facebook le 15 novembre 2017, peu après les élections locales où il était candidat PSD à la Chambre de Loures.

Dans la décision de la procédure d’infraction administrative engagée à la suite d’une plainte de l’Associação Letras Nómadas, le CICDR défend que l’actuel député et président de Chega, alors militant social-démocrate, « ne s’est pas limité à exprimer une opinion au sens d’informer , débattre ou critiquer quelque chose », ayant choisi le réseau social « pour offenser et humilier les personnes des communautés roms, sachant bien que cela créerait un sentiment d’hostilité envers ces personnes ».

En effet, André Ventura a écrit sur son compte Facebook que « juste cette semaine une famille rom a battu une infirmière et le gardien de sécurité de l’hôpital de Beja », accusant RTP de garder le « silence », refusant de mentionner l’appartenance ethnique des auteurs de ces actes. attaques contre ces professionnels. « Cela devient une obsession, un tabou. Il est plus facile et plus « in » d’appeler un raciste qui insiste pour parler du problème. Inadmissible : c’est nous qui payons le RTP ! », a-t-il conclu.

Pour le CICDR, il est clair que Ventura, en tant que diplômé en droit et professeur d’université dans ce domaine, avait « pleinement connaissance que sa performance était contraire à la loi et offensante au principe d’égalité inscrit dans la Constitution de la République portugaise », prenant ses déclarations « de plus grandes proportions pour être une personnalité publique », donc « son examen doit être beaucoup plus exhaustif que s’il s’agissait d’un simple citoyen ordinaire ».

« Le prévenu a un devoir particulier de prudence et de considération, notamment parce que le prévenu est suivi par des milliers de personnes sur son réseau social Facebook », lit-on dans la notification du CICDR, qui souligne l’intention de Ventura de « renforcer les stéréotypes et les préjugés contre la communauté tsigane , ne voyant aucune autre motivation à leur conduite ».

La décision concernant les événements survenus fin 2017 a été prise le 10 décembre 2020, mais elle n’a été communiquée que maintenant à André Ventura, ce qui lui laisse dix jours pour virer les 3 370,56 euros sur le compte bancaire du Haut-commissariat aux migrations.

Il y a deux semaines, le chef de Chega a été condamné par le tribunal judiciaire du district de Lisbonne à s’excuser auprès d’une famille du Barrio de Jamaica, qu’il a identifiée comme des « bandits » lors du débat présidentiel avec Marcelo Rebelo de Sousa, présentant une photo de le Président de la République avec ces résidents.

Disposant de 30 jours pour se conformer à la peine, à compter de ce délai, il est tenu de payer une amende de 500 euros, et devra payer une amende de 5 000 euros s’il récidive envers la famille en question. En réaction à la décision du juge, Ventura a déclaré qu' »en fait, certaines des personnes nommées là-bas étaient des criminels et je ne manquerai jamais de dire que ce sont des criminels ».