L'affaire de corruption de l'EDP, qui est très vantée – impliquant un ancien ministre et les deux chefs de file d'EDP lui-même – a été retardée indéfiniment par la Cour constitutionnelle, au point que la manquer de temps »et le cas serait archivé).

Considérant que le pays est actuellement sur la «  glace mince '' judiciaire (trois juges de la Cour d'appel sont accusés de corruption grave (cliquez ici) alors qu'il y a un arriéré de plus d'un million d'affaires en attente d'être entendus), il n'est guère le moment de voir un affaire exhaustive (et coûteuse) dans laquelle les consommateurs auraient été surfacturés par 2,5 milliards d'euros «d'effondrement» en raison du temps qu'il a fallu pour qu'ils atteignent effectivement une salle d'audience.

Ce serait cependant une situation où «l’histoire se répète» – dans la mesure où tant de cas traînent au point que les accusés peuvent mourir de vieillesse ou d’infirmité avant que justice ne soit rendue (cliquez ici et ici).

Ce qui s'est passé cette fois, c'est qu'un juge qui, selon Correio da Manhã, examine depuis un an l'appel interjeté par l'ancien ministre du gouvernement Manuel Pinho n'a décidé que maintenant de demander les «  dossiers '' au DCIAP (le département du enquête et action pénale).

Selon le journal, cela met effectivement toute l'enquête en danger.

«Les faits relatifs à 2007 (le moment où l’enquête commence) proscrivent en moins d’un an, et en cinq mois les mesures de coercition imposées au président de l’EDP, António Mexia, les proscrivent également. Les charges doivent être décidées, mais cela ne peut se produire que lorsque le dossier est renvoyé à la DCIAP ».

Selon CM, les fichiers demandés par la juge Mariana Gomes Canotilho impliquent «des milliers de pages».

Pendant ce temps, António Mexia et son «  bras droit '' Jorge Manso Neto «  font appel '' des mesures de coercition imposées récemment (les empêchant non seulement de faire leur travail, mais même d'entrer dans leur immeuble de bureaux) – et une décision ici pourrait venir avant que DCIAP ne soit ses mains sur les dossiers de l'affaire.

Dans l'ensemble, cela ne semble pas très prometteur… pour les procureurs, en fait.

Quant à l'essentiel de l'affaire – souvent appelé le «  scandale des loyers excessifs '' – il se concentre sur un système de paiement complexe CMEC (Contractual Equilibrium Maintenance Cost) où les clients étaient facturés pendant des années pour des centrales en veille au cas où ils seraient nécessaire. Ce système a provoqué une augmentation marquée des coûts de l’électricité au point qu’en 2018, un expert a déclaré à une commission d’enquête gouvernementale que l’EDP devrait en fait rendre aux consommateurs jusqu'à 3 milliards d’euros «surfacturés».

natasha.donn@algarveresident.com