Les questions sont plus que les réponses : à quelle vitesse roulait la voiture du ministère de l’Administration intérieure (MAI) le 18 juin, lorsqu’elle est entrée en collision, sur l’A6, avec un ouvrier du bâtiment qui traversait la route ? L’ouvrage était-il balisé ou non ? Pourquoi la voiture roulait-elle sur la voie de gauche, sans circulation ? Le ministre Eduardo Cabrita – qui était sur la banquette arrière de la voiture – ne répond pas. Même à l’instigation du président de la République, il est resté silencieux jusqu’à la conclusion de l’enquête ouverte par le ministère public sur l’accident. Reste la garantie laissée par Marcelo Rebelo de Sousa, ce mercredi : « Cette enquête ne doit pas dépendre du fait que A ou B ou C allait conduire, à côté ou derrière le conducteur. Ce qui est vérifié, est vérifié ».

chronologie des événements

18 juin : un accident et une victime

L’information sur l’accident au kilomètre 77 de l’A6 – qui relie Marateca à la frontière de Caia, à Elas (Portalegre) – parvient aux rédactions par le biais d’un communiqué du ministère de l’Administration intérieure, où l’on déplore la mort d’un citoyen (un -vieil homme), qui a effectué des travaux de nettoyage au bord de l’autoroute.

Au petit matin, une source du GNR assure même au journal Observateur et reproduit à la télévision, qu’Eduardo Cabrita n’a pas suivi en voiture. Une nouvelle qui sera démentie peu de temps après. Le ministre revenait d’une visite officielle à Portalegre. La tutelle précise également, ce jour-là, qu’il ne s’agissait pas d’un véhicule perdu de sa trace, qu' »il circulait sur la chaussée, dont il n’est jamais sorti, lorsque le travailleur l’a traversé », et que l’ouvrage en question n’était pas balisé [versão que viria a ser desmentida pela Brisa, a 29 de junho].

18 juin : Enquêtes en cours

Le même jour, le noyau d’enquête criminelle sur les accidents de la circulation du GNR d’Évora s’est rendu sur place et a ouvert une enquête, qui n’est pas encore terminée, a confirmé la Vision avec le GNR. Mais cela devrait tenir compte de la vitesse à laquelle roulait la voiture MAI (information inconnue pour l’instant). Un autre fait que cette enquête devrait éclaircir est le fait que le véhicule circulait dans la voie la plus à gauche, alors qu’il y avait peu de circulation. C’est de ce côté (le gauche) que la marque de bosse sur la voiture est restée ; et l’accident s’est produit à côté du séparateur central. Cependant, il n’y a pas de caméras de surveillance pour le prouver, car la caméra la plus proche est située au kilomètre 76.

Outre le GNR, le ministère public a également ouvert des enquêtes pour enquêter sur les circonstances du décès (procédure habituelle dans les accidents de la route avec décès), et l’Institut national des urgences médicales (INEM) pour enquêter sur les circonstances dans lesquelles une assistance a été apportée aux la victime.

28 juin : l’opposition demande des explications

Le leader du PSD, Rui Rio, demande des éclaircissements urgents sur l’accident et accuse le Premier ministre de « quels sont les échecs » d’Eduardo Cabrita. Il rejoint ainsi le CDS, qui demande la démission du ministre, s’il s’avère que la voiture dans laquelle il suivait roulait à grande vitesse.

29 juin : Brisa garantit la signalisation des travaux

Dans un communiqué, le concessionnaire de l’autoroute déclare que – contrairement à ce que la tutelle mentionnait initialement – la « signalisation des travaux de nettoyage effectués sur la rive droite de l’A6 était effectuée par ArquiJardim », la société chargée de l’intervention , et que la signalisation serait conforme aux « procédures de sécurité appropriées ». Contacté par Visão, ArquiJardim a réaffirmé la signalisation des travaux, mais a refusé de faire d’autres déclarations.

30 juin : « Vitesse folle »

L’un des collègues de la victime, témoin de l’accident, décrit au Courrier du matin, que la voiture de MAI est arrivée avec une « vitesse folle ». Le même témoin garantit que le signal a été fait et que le collègue portait un gilet réfléchissant, ajoutant que ni le ministre ni le chauffeur ne sont jamais sortis de la voiture.

30 juin : MAI en silence

Interrogé par Visão sur la vitesse à laquelle roulait la voiture et la garantie d’une signalétique pour les travaux, par l’entreprise, le ministère indique qu' »il n’a rien à ajouter aux éclaircissements publics déjà fournis ». A l’heure du déjeuner, Cabrita est acculé par des journalistes, à l’issue d’une visite à l’Unité spéciale de police, dans la commune de Sintra, et ils lui demandent, une nouvelle fois, de commenter l’évolution de l’affaire, mais le ministre évoque le silence , soulignant que ce ne serait pas le « moment opportun ».

Marcelo Rebelo de Sousa, qui était à ses côtés, ne manque pas de commenter l’affaire, affirmant qu’il attend les conclusions de l’enquête et garantit que celle-ci ne sera pas plus clémente car un responsable du gouvernement est impliqué. « Cette enquête, à mon avis, ne devrait pas dépendre du fait que A ou B ou C conduisait ou à côté du conducteur ou derrière le conducteur. C’est vérifié, c’est vérifié, ce qui est vérifié est vérifié », a-t-il évoqué.

Accident de voiture de Cabrita : Toutes les contradictions d’une mort annoncée avec différentes versions apparaissent d’abord dans Vision.