Miguel Almeida s'est entretenu avec Lusa à un moment où la date limite de dépôt des candidatures pour l'enchère de cinquième génération (5G) expire, dont le règlement rédigé par le régulateur Anacom a été largement critiqué par les trois opérateurs historiques de télécommunications au Portugal.

"Il est évident que nous allons participer à la vente aux enchères, nous allons nous qualifier, nous allons participer", mais "je donne aussi une autre garantie: il est évident que nous allons réduire les investissements", a déclaré le directeur, qui travaille dans le secteur des télécommunications depuis deux décennies.

Et «nous allons réduire la structure de coûts, à partir du moment où nous avons vu notre propriété expropriée, dans laquelle nous investissons depuis des années et des années, personne ne s'attendra à ce que nous puissions fonctionner avec le même type de structure de coûts que nous avons aujourd'hui », A poursuivi Miguel Almeida.

«Nous réfléchissons déjà à la manière dont nous allons commencer le nettoyage en 2021. Ce n'est pas possible, ce n'est pas durable », a souligné le président exécutif de NOS.

Concernant les obligations de couverture prévues dans la vente aux enchères, Miguel Almeida a déclaré qu'elles seraient remplies.

"Nous allons faire cela, mais laissez-moi être très clair: nous n'allons plus faire, nous allons jouer pour les minimums olympiques", a-t-il renforcé.

Miguel Almeida ne s'est engagé ni sur la quantité de spectre, ni sur l'investissement.

"Nous ne savons pas l'ampleur de l'investissement que nous allons faire (…), je ne sais pas quel spectre nous allons acquérir", a-t-il déclaré.

"Mais, certainement du point de vue de l'investissement, nous allons nous conformer à ce qui nous est imposé, ce que nous ne ferons rien d'autre, c'est évident", a-t-il ajouté à propos de la 5G.

Sans mentionner les noms des membres du gouvernement, le président exécutif de NOS a rappelé la visite pour commémorer le fait que NOS «est l'entreprise portugaise qui investit le plus dans la recherche et le développement».

En 2019, «c’est l’entreprise portugaise qui a investi le plus dans la recherche et le développement et« d’ailleurs »(soit dit en passant), la deuxième qui a investi le plus est également dans le secteur», a déclaré Miguel Almeida.

«Il est évident que tout va disparaître», a-t-il déploré, soulignant que «l'attaque concertée, en l'occurrence d'une seule personne, contre de grandes entreprises, a des conséquences».

Il a déclaré qu'il ne connaissait "aucune économie mondiale qui n'ait pas de grandes entreprises comme pilier fondamental de son économie".

«Ici, ce que vous essayez de faire, c'est de détruire tout ce qui est de grandes entreprises et je ne parle plus seulement des télécommunications», a poursuivi le directeur.

«Les grandes entreprises sont celles qui soutiennent, qui dynamisent une économie», avec laquelle travaillent les petites et moyennes entreprises (PME) et «sont fondamentales».

Ce sont les grandes entreprises qui s'agrègent et ont la capacité d'investissement qui permet plus tard le développement de l'ensemble de l'économie, a-t-il déclaré.

"Et que fait-on avec tout cela?", A-t-il demandé, pour donner la réponse tout de suite: "Tuer".

NOS a plusieurs poursuites dans le cadre de l'enchère 5G, y compris une mesure de précaution contre la réglementation.

"Soyons réalistes, nous sommes à un stade du processus où il est de plus en plus difficile d'arrêter" le processus, a admis Miguel Almeida.

Toutefois, "cela ne m'empêche pas de laisser ici une alerte sur les conséquences pour l'économie portugaise, par rapport aux conséquences pour le Portugal en général", a-t-il poursuivi.

Et aussi "une réflexion sur le rôle des régulateurs, sur les pouvoirs des régulateurs, sur le manque de contrôle" de ceux-ci.

«Il est au moins nécessaire de tirer des leçons d'une chose désastreuse qui condamnera le pays – à ce que j'ai déjà dit en commission parlementaire – à l'obscurité économique et numérique. L'obscurité numérique dans le futur est l'obscurité économique, il n'y a pas d'économie du futur sans numérique », a-t-il souligné.

C'est «de loin, mais de loin, le moment le plus sombre du secteur car ce que j'ai vu pendant 20 ans – et vous savez que je viens de (opérateur) Optimus, les difficultés que nous avons eues au fil des ans, que nous avons eues aux prises avec des concurrents coriaces (…), à un moment donné, la durabilité d'Optimus a été remise en cause (…), des moments difficiles », mais« je n'ai jamais rien vécu de tel », a déclaré le manager.

«Je n'ai jamais rien vécu de tel car c'est en fait un moment sombre», a renforcé Miguel Almeida.

ALU // JPF

Le contenu 5G: «Il est évident» que NOS participera à l'enchère, mais «réduira les investissements» – le président apparaît en premier à Visão.