Le ministère de la santé a confirmé que 22 millions de doses des six vaccins Covid produits à ce jour sont «en route vers le Portugal».

Les contrats signés avec les producteurs (voir ci-dessous) garantissent que chaque citoyen aura la chance de recevoir le dosage correct (généralement deux injections) pour revenir à une «vie normale» au moins au second semestre de l’année prochaine.

Le «plan national de vaccination» du pays doit être révélé plus tard cette semaine (après divers faux départs qui ont provoqué un certain degré de controverse, cliquez ici).

Le défi logistique est néanmoins énorme, car il faudra des mois pour vacciner la part du lion de la population.

Pour le moment, le vaccin ne sera pas obligatoire. Il y a des «grondements» en cours dans toute l’Europe faisant référence à des personnes qui ne sont pas vaccinées et qui sont potentiellement interdites d’entrée dans divers lieux – mais pour le moment, cela semble juste être un discours. Aucun politicien n’a admis une politique obligatoire. Plutôt l’inverse, en fait.

Ce que nous savons à ce jour, c’est que la vaccination sera «gratuite». On ne sait pas quel vaccin arrivera en premier au Portugal, ni même lequel sera «autorisé» en premier.

Au moment où nous écrivons ce texte, aucun des vaccins qui ont été produits n’a été autorisé à être utilisé – mais les autorités semblent convaincues que cela changera sous peu, les premières doses devant arriver au Portugal en janvier.

S’exprimant dans son créneau habituel à la télévision SIC cette semaine, le commentateur politique Marques Mendes a exposé les priorités de vaccination du Portugal: en premier lieu les «  personnes âgées  » atteintes de maladies chroniques, suivies des résidents des maisons de retraite, des professionnels des maisons de retraite, des professionnels de la santé ailleurs, des forces de sécurité et la protection civile. Ce n’est qu’après que ces secteurs auront reçu le vaccin que celui-ci commencera à être mis à la disposition du «grand public».

Quant aux vaccins en route, il semblait connaître le nombre exact de chacun:

4,5 millions de BioNtech / Pfizer

6,9 millions de l’AstraZeneca / Oxford

4,5 millions de Johnson & Johnson-Janessen

1,9 million de Moderna

4 millions de Curevac

sans donner de chiffre pour le vaccin Sanofi-GSK, avec lequel le Portugal aurait également signé un contrat.

En d’autres termes, les chiffres peuvent varier, mais le plan global semble avancé, le stockage en entrepôt et la réfrigération étant tous couverts.

Il est entendu que la première phase des vaccinations aura lieu dans des centres de santé publics.