Environ 15 000 nouveaux cas de cancer auront été manqués au cours des derniers mois en raison des limitations des services de santé dues à l'impact de la pandémie de Covid-19.

Tel est le sombre message des médecins généralistes via l'association portugaise de médecine générale et familiale.

Les professionnels de la santé partent du principe qu'environ 50 000 cancers sont diagnostiqués au Portugal chaque année. Cela équivaut à environ 5 000 par mois – et nous en sommes maintenant au quatrième mois à faire face aux contraintes de la pandémie. Celles-ci ont vu les centres de santé et les hôpitaux «réorganisés» afin de faire face à une demande accrue, mais au point que des milliers de consultations, chirurgies et tests prévus ont été annulés.

Selon l'association, les gens qui essaient de se faire voir par un médecin se heurtent invariablement à un système téléphonique qui met si longtemps à répondre, qu'ils finissent par abandonner.
Beaucoup «n’ont pas de compte de messagerie et ne comprennent pas non plus le fonctionnement de cette forme de communication».

Ainsi, ces barrières créent un tsunami silencieux de demande qui promet d’absorber le système de santé portugais à un moment où l’état des patients sera infiniment pire que s’ils avaient été vus «à temps».

Un autre aspect du problème croissant est le nombre de personnes qu’il implique: 15 000 contre le nombre de patients hospitalisés à Covid-19 (actuellement 487) et le nombre de décès à ce jour, «juste» 1 631.

natasha.donn@algarveresident.com