ZÉRO — L’Associação Sistema Terrestre Sustentável a analysé le PENSAARP 2030, le plan stratégique du secteur de l’eau au Portugal pour la prochaine décennie, et a estimé que ce « peu ou rien ne change », par rapport au premier plan, d’il y a 20 ans, bien qu’il soit déjà le quatrième plan pour le secteur.

« C’est avec une grande appréhension que ZERO anticipe les 10 prochaines années, puisque le plan, dont la consultation publique s’est achevée jeudi dernier, révèle un souci excessif de l’équilibre économique et financier des entités gestionnaires, sans véritable intention d’améliorer leur situation. la performance environnementale et l’efficacité hydrique des services où les pertes d’eau représentent 24% du volume d’eau qui entre dans le système d’approvisionnement », a déclaré ZERO dans un communiqué de presse.

Au vu de la situation, l’association a présenté quatre défis qu’« elle juge urgents de résoudre et auxquels le PENSAARP 2030 n’apporte pas de réponse adéquate ».

Le premier porte sur les pertes en eau, considérées comme « un facteur déterminant de l’efficacité hydrique du secteur », l’association écologiste réclamant « une réponse efficace des pouvoirs publics, notamment vis-à-vis des communes, où les pertes en eau sont plus élevées ». , et qui ne peuvent pas être résolus avec des recommandations et une sensibilisation comme le préconise le plan ».

Un autre défi est la régulation tarifaire et le recouvrement des dépenses avec les services d’approvisionnement en eau et les services de gestion des eaux usées par le biais des tarifs, ce qui « nécessite une entité de régulation dotée d’un pouvoir réglementaire effectif ».

ZERO a émis des réserves sur la manière dont « le recouvrement des dépenses par les entités gestionnaires par le biais des tarifs et l’augmentation conséquente et significative des tarifs facturés aux consommateurs » peuvent être appliqués.

« La reprise des charges exclusivement de cette manière et brutalement, sans phasage, générera certainement une charge économique sur les consommateurs et évidemment du mécontentement, et pourra remettre en cause toute la logique de régulation de l’équilibre économique et financier des entités gestionnaires », a-t-il ajouté.

Le troisième défi a trait à la gestion des eaux pluviales, qui est incluse pour la première fois dans les stratégies pour le secteur de l’eau, considérant ZÉRO que « le plan ne lui donne pas la pertinence nécessaire puisque certaines des mesures associées sont référées à des niveaux de moindre priorité ».

« Compte tenu des défis posés par le changement climatique et de l’impact que représente une gestion adéquate des eaux pluviales dans l’atténuation des effets du changement climatique, il nous semble qu’il est urgent d’investir dans des réseaux séparatifs et la définition de mesures concrètes en ce sens, quelque chose cela ne semble pas être totalement dans le plan », a-t-il estimé.

Le quatrième défi concerne la réutilisation de l’eau, défendue par ZERO « comme une mesure pour renforcer la rareté locale de l’eau ».

« Sous cet aspect, le Portugal est très loin de la réalité des autres pays, même au niveau européen, alors qu’il ne réutilise que 1,2% des eaux usées traitées et que la proposition de plan présentée révèle un manque total d’engagement pour améliorer significativement la position nationale », critiqué l’association.

Pour ZERO, une révision de la législation sur la réutilisation de l’eau devrait être une priorité, notamment en ce qui concerne la décentralisation du traitement et de la consommation des « eaux grises » au niveau du bâtiment, étant donné que le régime légal de production d’eau pour la réutilisation Obtenu auprès de Traitement des eaux usées « peu ou rien fait référence à cet égard ».

Selon l’association environnementale, « les défis auxquels le secteur est confronté pour les décennies à venir sont énormes, et risquent d’être exacerbés par l’évolution du changement climatique et ses effets sur les ressources en eau, tant en termes de quantité que de qualité, il est donc nécessaire de faire bien plus et bien mieux que ce qui a été fait jusqu’à présent pour avoir des services plus efficaces à tous les niveaux ».

RRA // JH