Les résultats finaux de la séance indiquent que l'indice sélectif Dow Jones Industrial Average a baissé de 0,56%, à 28 133,31 points.

Le S & P500 étendu recule encore – 0,81%, à 3 426,96 unités – et le Nasdaq technologique encore plus: 1,27%, à 11313,14 points.

Les indices les plus emblématiques de la place ont réussi à récupérer tout au long de la journée une partie des pertes qu'ils ont enregistrées depuis le début de la séance, où le Nasdaq a reculé de plus de 5% et le Dow Jones de plus de 2%.

Sur l'ensemble de la semaine, la Bourse de New York, déjà affectée par les pertes de jeudi, a fermé ses portes.

"Le marché se développait de manière trop explosive et il fallait s'attendre à une baisse", estime Adam Sarhan, fondateur et directeur de 50 Park Investments.

«C'est normal et sain. Une baisse encore plus importante est attendue », a-t-il ajouté.

Comme jeudi, plusieurs conglomérats du Nasdaq ont vu leurs prix baisser, comme la 'holding de Google et Youtube, Alphabet, qui a perdu 2,96%, mais aussi Facebook (-2,88%) ou Microsoft (-1,40%).

Ces piliers boursiers ont souffert du fait que de nombreux investisseurs ont décidé de vendre les obligations, qui avaient atteint des niveaux sans précédent ces dernières semaines.

La perspective d'un long week-end a également contribué à cette décision, puisque les principaux marchés financiers des États-Unis d'Amérique (USA) seront fermés lundi, en raison du congé de la fête du Travail.

En revanche, plusieurs articles de presse mentionnaient vendredi que le groupe japonais Softbank aurait effectué des achats colossaux d'options liées aux valeurs technologiques au cours du mois d'août, ce qui a contribué à la forte hausse boursière.

Mais, "si vous regardez les données, vous voyez qu'il ne respecte pas simplement Softbank", a déclaré Sarhan, qui a rappelé que les petits investisseurs ont également investi massivement dans les conglomérats technologiques ces dernières semaines.

"Beaucoup d'argent est allé à un secteur en surchauffe", a-t-il insisté.

Au début de la séance d'aujourd'hui, les principaux indices semblaient bénéficier d'un rapport mensuel sur l'emploi et le chômage, présenté par le ministère du Travail.

Le taux de chômage américain est tombé en août à 8,4%, passant sous le seuil de 10% pour la première fois depuis avril. En juillet, ce chiffre était de 10,2%.

Au cours du dernier mois, l'économie américaine a créé 1,4 million d'emplois.

RN // LFS

Le contenu de Wall Street se termine pour la deuxième session consécutive après que de forts gains apparaissent en premier dans Vision.