Les résultats finaux de la séance indiquent que l'indice sélectif Dow Jones Industrial Average a gagné 0,57%, à 28 492,27 points, et le S & P500 étendu, qui a établi le cinquième record consécutif, valorisant 0,17%, à 3484, 55 unités.

Au contraire, le Nasdaq technologique a reculé de 0,34%, à 11 625,34 points.

La Réserve fédérale américaine (Fed) a annoncé aujourd'hui que l'inflation pourrait rester au-dessus de la valeur de référence (2,0%) "pendant un certain temps", avant d'être obligée de réagir par une hausse des taux d'intérêt.

Cette annonce a rassuré les investisseurs, qui ont largement profité, depuis plusieurs années, des taux bas de la Fed, désormais proches de zéro, pour emprunter à faible coût.

Le président de la Fed, Jerome Powell, a fait cette annonce en prenant la parole lors de la réunion annuelle des banquiers centraux à Jackson Hole, qui se tient généralement dans l'État du Wyoming, mais qui s'est déroulée cette année dans un environnement virtuel.

A cette occasion, il a répété que la Fed était prête à utiliser sa «gamme complète d'instruments» pour soutenir l'économie.

"Il n'y a pas eu de grandes surprises" lors de cette réunion des banquiers centraux, a déclaré Maris Ogg, de Tower Bridge Advisors.

Mais, souligne cet opérateur, pour les investisseurs, "des taux plus bas plus longtemps est important".

En outre, Powell "a été très clair en disant que la Fed dira toujours" présent "tant que le gouvernement américain ne propose pas de plan de soutien budgétaire".

Si le secteur technologique a souffert aujourd'hui, ce n'est que «parce qu'il a augmenté mercredi», a déclaré Ogg, soulignant que ce jour-là, le Nasdaq s'est apprécié de 1,73% et a établi un record pour la cinquième séance consécutive.

Les investisseurs, en revanche, digéraient la publication des chiffres du chômage, qui indiquent une baisse des inscriptions hebdomadaires pour un million de personnes.

Au total, au cours de la semaine écoulée, 13,9 millions de personnes ont touché des allocations de chômage, 1,9% de moins que la précédente.

En revanche, les promesses de vente de logements aux États-Unis ont augmenté (5,9%) en juillet, pour le troisième mois consécutif, selon la Fédération nationale des agents immobiliers.

RN // PNG