1-1-e1669908198824-png

Table des matières

Von der Leyen note qu'à mi-chemin entre l'UE et le Royaume-Uni sont loin d'être d'accord

Dans un débat au Parlement européen sur les négociations en cours entre l'Union européenne et le Royaume-Uni concernant le futur partenariat post-«Brexit», Ursula von de Leyen, faisant rapport sur la vidéoconférence de lundi dernier entre les dirigeants des institutions européennes et le Le Premier ministre britannique a souligné que Boris Johnson "a confirmé qu'il ne voulait pas prolonger la période de transition au-delà de la fin de cette année", bien que l'UE ait toujours laissé la porte ouverte à ce scénario.

«De notre côté, nous avons toujours été disponibles pour accorder une prolongation, mais deux sont nécessaires pour danser le tango, et cela signifie que nous sommes maintenant au milieu de la période de négociation, avec seulement cinq mois. Mais nous ne sommes certainement pas à mi-chemin d'un accord », a-t-il souligné.

Le président de l'exécutif communautaire a rappelé que «dans le court laps de temps qui nous attend», le bloc européen fera tout ce qui est en son pouvoir pour parvenir à un accord avec Londres.

«Nous serons constructifs, comme nous l'avons toujours été, et nous serons créatifs pour trouver un terrain d'entente, même là où il ne semble pas y en avoir. Ce que nous ne voulons pas faire, c'est remettre en question nos principes et l'intégrité de notre Union », a-t-il averti.

«Personne ne peut dire avec certitude comment les négociations se dérouleront à la fin de l'année. Ce que je sais, c'est que nous aurons certainement tout fait pour parvenir à un accord et prendre un bon départ avec le Royaume-Uni en tant que pays tiers ", a-t-il ajouté, saluant également" l'excellent travail "accompli par le négociateur en chef de l'UE, Michel Barnier.

Barnier, à la fin du débat, s'est une fois de plus plaint de la position de négociation du Royaume-Uni – également critiquée par de nombreux députés qui sont intervenus -, accusant Londres de vouloir simplement aborder les questions économiques d'intérêt et prétendant être un «quasi- membre ", à savoir le marché unique, mais uniquement en termes d'avantages, pas d'obligations.

Pourtant, le responsable français a jugé "possible" de parvenir à un accord d'ici la fin de l'année, mais a réitéré que l'UE ne conclura pas d'accord "à tout prix" et qu'elle se prépare à un scénario de non-accord.

À la suite du débat d'aujourd'hui, le Parlement européen adoptera jeudi une résolution sur les négociations avec le Royaume-Uni, une question qui est également à l'ordre du jour du sommet des chefs d'État et de gouvernement de l'UE qui se tiendra vendredi prochain. par visioconférence.

Lors de la visioconférence tenue lundi dernier, les parties se sont engagées à "travailler dur" pour parvenir à un accord sur les relations post-"Brexit" avant la fin de l'année, et la décision du Royaume-Uni de ne pas demander prolongation de la période de transition se terminant le 31 décembre 2020.

Le quatrième cycle de négociations s'est terminé sans grand progrès et avec une impasse sur un certain nombre de questions, les négociateurs en chef européens, Michel Barnier, et le négociateur britannique, David Frost, avaient déjà décidé d'intensifier les réunions dans les semaines et les mois à venir.

Les dirigeants européens et Boris Johnson ont admis qu '"un nouvel élan était nécessaire" et ont approuvé des plans d'intensification des négociations à partir de juillet afin de "créer des conditions plus favorables pour la conclusion et la ratification d'un accord avant la fin de 2020".

Le Royaume-Uni a officiellement quitté l'UE le 31 janvier, mais reste dans son espace économique et réglementaire jusqu'à la fin de l'année, pendant la période dite de transition.

Parmi les sujets les plus divergents dans les négociations figurent un accès équilibré aux deux marchés, la gouvernance du futur partenariat, la protection des droits fondamentaux et le secteur de la pêche.

Le gouvernement britannique avait admis, en février, abandonner les négociations pour un accord post-«Brexit» s'il ne trouvait pas de progrès d'ici juin.

ACC (BM) // EL

Articles récents