«Il serait irresponsable de revenir à un moment comme celui-ci. Une irresponsabilité financière, une irresponsabilité de l'engagement public pris avec Viana », a déclaré João Pedro Matos Fernandes devant les députés de la Commission parlementaire pour l'environnement, l'énergie et l'aménagement du territoire.

Sur les coûts de la déconstruction prévue il y a 20 ans, et en réponse au député de l'aile gauche Nelson Peralta, lors d'une audition requise par le PSD sur le bâtiment Jardim, dit bâtiment Coutinho, Matos Fernandes a déclaré que 16 millions avaient déjà été dépensés par VianaPolis euros en compensation aux habitants du bâtiment Coutinho ».

Sur ce montant, a-t-il précisé, "12,5 millions d'euros sont payés, 3,5 millions sont en discussion et dont 2,9 millions sont déposés en justice sur ordre des expropriés".

VianaPolis est détenue à 60% par les ministères de l'environnement et des finances et à 40% par la chambre Viana do Castelo.

D'un autre côté, le député du PSD, Eduardo Teixeira, qui a présenté la demande et demandé au ministre s'il "y avait encore de l'argent de l'État pour soutenir les coûts de la société", et pour un processus qui "coûtera toujours beaucoup d'argent aux deniers publics", Matos Fernandes a répondu: «Tous les terrains situés à Parque da Cidade, entre la Praça de Touros et l'auberge de jeunesse, ont été vendus. Par conséquent, Vianapolis disposait du capital nécessaire pour procéder à la démolition de l'édifice Coutinho avec ses propres fonds. Pour le moment, aucun financement communautaire n'est nécessaire pour procéder à la démolition ».

Le responsable gouvernemental a indiqué qu'il ne savait pas comment dire "quand la déconstruction du bâtiment Coutinho sera-t-elle effectuée", toujours dans l'attente d'une décision du tribunal administratif et fiscal de Braga (TAFB), depuis juin 2019.

La contestation de la qualification d'héritiers à l'épouse d'un des habitants, décédé en juillet de l'année dernière, retarde l'issue de la mesure de précaution qui a entravé la déconstruction du bâtiment.

«Il y a une question à laquelle j'aimerais connaître la réponse, comme vous l'imaginez, plus que quiconque, c'est quand le bâtiment Coutinho sera déconstruit. Ouais, je ne sais pas comment répondre. Je sais que ce sera certainement très bientôt. Je veux croire que, très bientôt, la mesure de précaution sera jugée », a-t-il déclaré.

Matos Fernandes a garanti qu'après la conclusion de la procédure judiciaire, l'enlèvement des derniers habitants de l'immeuble sera «très rapide», même si les images qui résultent de cette action sont médiatiques.

«Nous serons certainement très rapides. Maintenant, je ne peux pas jurer d'être trop rapide si une autre mesure de précaution entre et que le juge la reçoit », a-t-il déclaré.

Le bâtiment Coutinho devrait être déconstruit depuis 2000, dans le cadre du programme Polis, mais la bataille juridique qui a commencé depuis par les résidents a mis un terme au processus.

En juin 2019, VianaPolis a entamé l'expulsion de «six fractions». Cependant, ces résidents ont refusé de partir et, en juillet de la même année, le même tribunal a accepté une nouvelle mesure de précaution et suspendu les expulsions et la déconstruction du bâtiment.

Selon VianaPolis, sept personnes restent dans le bâtiment en cinq fractions. Les résidents comptent «11 fractions habitées en permanence par 10 personnes. Environ 300 personnes vivaient dans le bâtiment.

«Les gens occupent un bien public. (…) Ce bâtiment est le nôtre », a souligné aujourd'hui le gouverneur pour qui la déconstruction du bâtiment est le« geste manquant »pour que Viana do Castelo puisse appliquer son centre historique au patrimoine de l'UNESCO.

Matos Fernandes a également déclaré qu'il connaissait le processus Polis à Viana do Castelo "comme le dos de ses mains" et a assuré que "tout ce processus était très bien fait, mené en détail et avec discussion publique".

Il a également garanti que "les gens ne pouvaient pas être mieux traités", soulignant les trois alternatives possibles: l'indemnisation ou la possibilité de choisir un appartement dans l'un des deux immeubles construits par VianaPolis à proximité.

Le ministre a également rappelé, en réponse à la députée Mariana Silva, du parti Os Verdes (ENP), que l'espace où se trouve actuellement l'immeuble "sert à construire un marché municipal et non à spéculer".

Mariana Silva et la députée du PCP, Alma Rivera, ont déclaré que «plus que de discuter de cas particuliers», le Parlement devrait «débattre de l'aménagement du territoire et des politiques pour les villes» et que le bâtiment Coutinho «peut servir d'exemple d'option faux ".

ABC // LIL