Un réseau international de contrebande de tabac au Portugal et en Espagne a été démantelé, et 23 personnes soupçonnées d’avoir porté préjudice à « les deux pays d’environ quatre millions d’euros » ont été arrêtées, a annoncé aujourd’hui la GNR.

Baptisée Opération Tabaco Ibérico, l’action de la police s’est déroulée entre mercredi et ce lundi et a abouti à « l’arrestation de 16 hommes et d’une femme, âgés de 44 à 65 ans », dont 12 espagnols et cinq portugais, et les arrestations ont eu lieu place dans les villes portugaises de Braga, Guimarães, Porto, Lisbonne et Setúbal et dans la ville espagnole de Séville, a-t-il confié à Lusa le commandant du détachement d’action fiscale de Lisbonne de la Guarda Nacional Republicana (GNR), le capitaine Hélder Fernandes.

Au cours de l’enquête, qui dure depuis environ un an, cinq autres personnes avaient déjà été arrêtées, dont une de nationalité portugaise et quatre Espagnols, avec un total de 23 détenus, car ils sont directement liés à la pratique d’activités illégales. en cours d’enquête, a déclaré le commandant du GNR.

L’opération a été menée ces derniers jours, sur le territoire national et espagnol, par l’Unité d’action fiscale (UAF) du GNR, à travers le Détachement d’action fiscale de Lisbonne et sous la direction du Département d’enquête et d’action pénale (DIAP) de Almada, en collaboration avec la police nationale espagnole, l’administration fiscale espagnole et avec le soutien opérationnel d’EUROPOL.

L’enquête policière a commencé il y a environ un an, et il a été possible de recueillir des informations sur le mode d’action du groupe et de « démanteler un vaste réseau organisé de dimension internationale, identifiant les suspects portugais et espagnols impliqués, qui se consacraient à la vente illégale de cigarettes. . et d’autres produits du tabac au Portugal et en Espagne, sans le paiement des taxes dues aux États respectifs, tels que IEC-IT et IVA », a informé le GNR, dans un communiqué.

Selon cette force de sécurité, l’objectif de l’opération était de mettre fin aux bases logistiques de stockage, de traitement, de conditionnement et de distribution des cigarettes et autres produits du tabac, ainsi que de « mettre un terme à l’activité criminelle en cours, qui est présumée ont porté préjudice aux intérêts économiques des deux pays d’environ quatre millions d’euros ».

Dans ce contexte, les autorités policières ont exécuté 70 mandats de perquisition sur le territoire national et 12 en Espagne, dont 32 pour une perquisition domiciliaire et 50 pour une perquisition non domiciliaire, y compris des entrepôts, garages et véhicules.

Parmi le matériel saisi figurent environ 454 000 cigarettes manufacturées; environ huit tonnes de tabac en feuilles et de tabac haché fin (ce qui produirait environ huit millions de cigarettes) ; diverses machines utilisées pour le séchage, le broyage et l’emballage des produits du tabac; diverses matières premières utilisées dans la production illicite, telles que les tubes à cigarettes, les paquets en carton et les sacs/boîtes pour emballer le tabac ; et sept armes à feu.

« 116 000 euros en espèces ont également été confisqués ; 100 000 euros saisis sur des comptes bancaires ; 24 véhicules légers et divers équipements informatiques », a indiqué la GNR, ajoutant que, au cours de l’enquête, « un total de 1.825.120 cigarettes et 11 tonnes d’autres produits du tabac (tabac en feuilles et tabac moulu) ont également été saisis ».

Selon le GNR, en matière de coopération judiciaire internationale, l’opération a compté sur l’intervention d’EUROJUST, pour accélérer l’exécution des démarches procédurales.

Outre le total de 23 détenus, 17 prévenus de nationalité portugaise ont également été constitués, « mis en examen pour la pratique de faits susceptibles d’attester le délit de contrebande, d’introduction frauduleuse dans la consommation qualifiée, de fraude fiscale qualifiée, de blanchiment d’argent et de réception de biens faisant l’objet de aux coutumes du crime », a souligné cette force de sécurité.

Présents au premier interrogatoire judiciaire jeudi et vendredi au Tribunal Judiciaire d’Almada, tous les détenus de nationalité portugaise ont été soumis aux mesures coercitives de « l’obligation de présentations hebdomadaires au commissariat de leur zone de résidence, ainsi que l’interdiction des contacts avec d’autres coaccusés », selon les informations du GNR.

Les détenus espagnols sont sous la responsabilité des autorités espagnoles et les mesures d’exécution appliquées ne sont pas connues pour le moment.

Dans le cadre de l’opération Tobacco Ibérico, environ 160 militaires de l’UAF, de l’Unité d’intervention (UI) et des commandements territoriaux de Setúbal, Lisbonne, Porto, Braga, Viana do Castelo ont été mobilisés.

SSM // MLS