Pedro Siza Vieira s'est entretenu avec des journalistes à l'issue de la série d'auditions que le Premier ministre, António Costa, aujourd'hui à São Bento, a eues avec les partis à représentation parlementaire.

«Nous avons présenté aux parties les grandes orientations que le gouvernement a déjà définies pour le plan national de relance autour des thèmes que l'Union européenne elle-même a définis comme ceux qui doivent guider les plans des différents États membres: la transition numérique, la la transition climatique et le renforcement de la résilience des économies et des sociétés », a déclaré le membre exécutif.

Selon Pedro Siza Vieira, le gouvernement a déjà donné "une idée de la grandeur du premier exercice d'allocation financière" et "est disponible pour écouter les suggestions et propositions des parties".

«Nous espérons que dans les prochains jours, les suggestions et méthodes de travail qui nous permettront d'atteindre cet exercice, qui marquera les années à venir, seront autant que possible un exercice partagé et auquel participent tous les acteurs politiques concernés. Dans les prochains jours, le Gouvernement continuera à écouter un certain nombre d'acteurs importants, comme mardi le Conseil économique et social et, par la suite, le Conseil de coordination territoriale, où les régions autonomes et les municipalités sont représentées », a déclaré le ministre de État et économie.

Devant les journalistes, Pedro Siza Vieira a mis en avant l'idée de «l'importance de partager cet exercice» dans les plans politique et social.

«Il y avait des inquiétudes concernant le modèle de gouvernance, à la fois dans le processus de sélection des projets qui devront être soutenus et en termes de transparence dans la responsabilité. Nous continuerons à dialoguer avec les partis », a-t-il souligné, après avoir évoqué le débat parlementaire sur ce thème prévu mercredi.

Pedro Siza Vieira a également abordé la question des «limites» définies par l'Union européenne en ce qui concerne les zones qui peuvent ou non être incluses dans le plan de relance et de résilience.

«Puisque nous avons des fonds extraordinaires à exécuter dans un court laps de temps, le gouvernement cherche à sélectionner des projets et des programmes qui peuvent être mis en œuvre au cours des six années auxquelles ce programme est consacré. Nous les recherchons pour financer un ensemble de questions qui ne sont normalement pas soutenues par des fonds européens », a déclaré le ministre d'État et de l'Économie.

Dans ce contexte, Pedro Siza Vieira a affirmé que le Portugal continue «d'avoir une grande faiblesse dans le domaine du logement, il doit investir dans le renforcement du service national de santé et dans la réponse de l'aide sociale».

"Cette protection sociale n'est normalement pas soutenue par des fonds européens", a-t-il justifié.

Le membre de l'exécutif a soutenu plus tard que le gouvernement, en ce moment, avait déjà un cadre de décision relativement fermé », mais a laissé la porte ouverte aux changements.

«Bien que l'architecture du plan soit connue, bien qu'il existe déjà quelques options en termes de grands piliers, la sélection concrète des projets ou l'allocation des fonds entre eux n'est pas clôturée et nous avons encore environ un mois de travail. Nous voulons bien en profiter dans le dialogue avec les parties et avec les acteurs concernés », a-t-il ajouté.

PMF // JPS