Le secrétaire général de l’UGT a accusé aujourd’hui les confédérations patronales d’avoir fait « une crise de colère » en suspendant leur participation à la concertation sociale et a défendu qu’il était temps de modifier la législation du travail de 2012.

Ces positions ont été véhiculées par Carlos Silva à l’entrée de la réunion de la Commission politique nationale du PS, à Lisbonne, qui était exceptionnellement ouverte à tous les députés socialistes et qui analysera l’état des négociations sur le budget de l’Etat pour 2022 entre le gouvernement, la gauche Bloc, PCP, PEV et PAN.

Interrogé sur la décision des confédérations patronales de suspendre leur participation à la consultation sociale pour protester contre les modifications du code du travail approuvées en dernier Conseil des ministres, jeudi, le secrétaire général de l’UGT a jugé cette réaction « exagérée ».

« Je dirais plus, c’était une crise de colère de la part des patrons. Patrões, l’UGT et la CGTP-IN, en tant que partenaires sociaux, ont tous présenté en temps utile leurs contributions à l’Agenda du travail décent et à la valorisation des jeunes sur le marché du travail. Je ne sais pas pourquoi il y a eu tant d’étonnement de la part des patrons, quand ils ont su que certaines des contributions avaient une acceptation par le gouvernement qui est prévue dans l’ensemble des mesures à mettre en œuvre maintenant », a souligné Carlos Silva .

Le secrétaire général de l’UGT a alors laissé une question : « Les patrons pensent-ils que l’accord patriotique de 2012 est à maintenir pour toujours ?

« Cela fait neuf ans. Allons-nous garder exactement le même niveau d’indemnités de départ? Est-ce qu’on va garder les jours de vacances sans atteindre 25 ? », a-t-il demandé.

Les quatre confédérations patronales ont déclaré que c’était avec « surprise » qu’elles avaient vu l’approbation de modifications du droit du travail qui n’étaient pas incluses dans l’Agenda du travail décent présenté dans l’Accord social, à savoir l’augmentation des indemnités de rupture des contrats à durée déterminée et l’augmentation du montant payable pour les heures supplémentaires.

Selon les représentants des employeurs, le gouvernement a conclu le 20 octobre la discussion de l’Agenda du travail décent et, le lendemain, a approuvé le document en Conseil des ministres contenant de « nouvelles mesures », qu’ils ont considérées comme un manque de respect pour les partenaires social.

Le président de la République a annoncé aujourd’hui qu’il recevra vendredi prochain les partenaires économiques et sociaux, tant patronaux que syndicats, et a refusé, avant de les écouter, de commenter la situation de la concertation sociale.

Le président du Conseil économique et social (CES), Francisco Assis, a jugé aujourd’hui sérieuse la décision des confédérations patronales de suspendre la participation aux réunions de la Concertation sociale et a assuré qu’il prendra des mesures pour remédier rapidement à la situation.

« Ce problème est grave, mais il faut le surmonter (…) il doit y avoir une erreur », a déclaré Francisco Assis à l’agence de presse Lusa, estimant que c’est son rôle de régler la situation rapidement.

FAQ (RRA/DF/IEL) // PDF