« Il est très clair que Promotelor était une opération de restructuration de crédit. Selon les règles et procédures de Novo Banco, la « conformité » n’a pas à se prononcer sur les opérations de crédit », a déclaré aujourd’hui Luísa Soares da Silva aux députés.

Le directeur de Novo Banco a été entendu aujourd’hui à l’éventuelle commission d’enquête parlementaire sur les pertes enregistrées par Novo Banco et imputées au Fonds de résolution.

« En fait, la ‘conformité’ n’a pas commenté l’opération Promotelor car il n’y avait pas de place pour commenter », a-t-il réitéré, estimant qu’« il n’y a eu absolument aucun échec » de la part de son service.

Compte tenu de la référence du député Eduardo Barroco de Melo (PS) à propos de l’opération de restructuration de la dette de l’entreprise menée par un fonds géré par une société (Capital Criativo) qui appartenait initialement en partie à Tiago Vieira, fils du président également de Benfica Luís Filipe Vieira, l’administrateur, a évoqué un potentiel « risque de réputation ».

« Cela a été dûment analysé », a assuré Luísa Soares da Silva, soulignant que le Conseil « doit analyser les opérations dans leur ensemble, comprendre et prendre une option, qui doit souvent être courageuse, sur le risque réputationnel de prendre la meilleure option pour le Banque ».

Pour Luísa Soares da Silva, cette option implique que le « seul risque de réputation » n’est pas pris en compte, et que s’il y avait un endroit pour demander un avis de ce type, ce serait à la gestion des risques.

« Nous savons tous qu’il existe des connaissances – Dr Nuno Gaioso [Ribeiro] expliqué ici — concernant M. Luís Filipe Vieira et qu’il s’agissait également de son fils. Ce n’est pas une question de « conformité » », a-t-il déclaré.

Le fonds en question s’appelle le Fonds d’investissement alternatif spécialisé, il a été créé en novembre 2017, et ses actifs – acquis auprès de Promotelor – sont gérés par C2 Capital Partners, une société détenue par le gestionnaire et ancien vice-président de Benfica Nuno Gaioso Ribeiro. .

Selon le gestionnaire, « 133,9 millions d’euros de prêts ont été acquis auprès de Novo Banco » et également « restructurés par Novo Banco (c’est-à-dire que des prêts existants de 85,8 millions d’euros ont été conservés au bilan de la banque), totalisant l’opération le montant total de 219,7 millions d’euros ».

Le président du Promoteur, Luís Filipe Vieira, a déclaré au Parlement le 10 mai que la dette de l’entreprise envers Novo Banco s’élevait à 227,3 millions d’euros en 2017.

JE // CSJ