La position d’Hélène Rey, professeur à la London Business School, a été véhiculée aujourd’hui lors d’un débat avec l’économiste Richard Portes, de la même université, et animé par Isabel Schnabel, membre du directoire de la BCE, lors du dîner qui marquait le début de la conférence, à Sintra.

« Nous sommes une union monétaire, mais nous ne sommes pas intégrés budgétairement et nous avons donc une hétérogénéité dans le risque de crédit. Et il est normal que cette hétérogénéité soit prise en compte », a déclaré l’économiste.

Interrogé par Isabel Schanabel sur les risques pesant sur la stabilité financière, Richard Portes, professeur à la London Business School et fondateur du Centre for Economic Policy Research, a rappelé une citation d’Harold MacMillan, l’ancien Premier ministre du Royaume-Uni, qui, lorsqu’on lui a demandé Au défi le plus important de son poste, il a répondu : « les événements, ma chère, les événements ».

« C’est exactement ce qui s’est passé », a-t-il dit, pour énumérer une série d’événements tels que la pandémie, la guerre en Ukraine, les marchés des « marchandises », les problèmes de chaînes d’approvisionnement, les élections, entre autres.

Pour l’économiste, « aucun d’entre eux n’était propice à la stabilité financière », il estime donc qu’il y a un changement « dans l’environnement de risque, avec des marchés boursiers et obligataires en forte baisse ».

« Mais je pense aussi, et j’étais relativement sceptique à ce sujet lorsqu’il a été soulevé pour la première fois il y a plusieurs années, l’idée de facteurs structurels profonds dans le système financier a réduit la liquidité et donc créé plus de volatilité », a-t-il déclaré, ajoutant qu’il y a « Suffisamment de preuves informelles des marchés que c’était important. »

La BCE a de nouveau tenu son forum annuel à Sintra, dans le quartier de Lisbonne, consacré cette année aux défis de la politique monétaire dans un monde en mutation rapide.

Après deux ans menés par voie télématique en raison de la pandémie, le sommet de trois jours revient à Sintra en personne, comme les années précédentes.

Le thème de cette année a été modifié pour refléter les évolutions mondiales récentes et le sommet abordera les défis auxquels est confrontée l’économie de la zone euro aujourd’hui.

Les gouverneurs des banques centrales, les universitaires, les économistes et les représentants des marchés financiers analyseront les implications de ces facteurs pour l’économie de la zone euro dans le contexte mondial, y compris les tendances qui semblent avoir été renforcées par la pandémie, et la manière dont elles pourraient affecter la politique monétaire à l’avenir.

Mardi, le forum démarre par un discours de la présidente de la BCE, Christine Lagarde, et une session sur la mondialisation et le marché du travail est prévue ce matin, animée par le chef économiste de l’institution, Philip Lane, et une autre sur la volatilité des prix de l’énergie et un panel sur le projet de l’euro numérique.

Mercredi, le vice-président de la BCE, Luis de Guindos, animera un débat sur la politique monétaire et le boom immobilier, ainsi qu’une session sur les chaînes de valeur mondiales, les contraintes d’approvisionnement et le commerce international.

Il y aura également un panel sur les anticipations d’inflation dans la formulation de la politique monétaire, animé par Isabel Schnabel, membre du Directoire de la BCE.

Le même jour dans l’après-midi, le temps fort sera le panel dans lequel, outre Lagarde, le président de la Réserve fédérale américaine, Jerome Powell, le gouverneur de la Banque d’Angleterre, Andrew Bailey, et le directeur général de la Participation de la Banque des Règlements International, Agustín Carstens.

AAT // RBF