Vera Daves s'exprimait aujourd'hui lors d'une conférence de presse à Luanda, deux jours après l'annonce de la troisième revue du programme de financement du Fonds monétaire international (FMI), où un montant supplémentaire de 1 milliard de dollars (845 millions d'euros) a été approuvé.

«Nous sommes sur la bonne voie, les chiffres parlent d'eux-mêmes. Sur le montant supplémentaire, nous recevrons 500 millions (422 millions d'euros), nous en recevrons 500 autres et, à la fin de la quatrième évaluation, nous recevrons le reste, et si tout va bien, nous recevrons 765 millions de dollars supplémentaires (645 millions d'euros) », a déclaré le ministre.

Le chef du portefeuille Finance a déclaré qu'il s'agit «d'avantages monétaires concrets» que le gouvernement souhaite mettre à profit et montre que la dette publique angolaise, «malgré une forte pression, reste soutenable» et apporte «la tranquillité dans le milieu et long terme".

Vera Daves a remercié le «mouvement» des créanciers internationaux solidaires du gouvernement angolais en raison de cette pression.

«Nos partenaires multilatéraux et les plus grands créanciers bilatéraux, observant toute cette pression et toutes ces conséquences de la pandémie et tout l'impact que la pandémie a sur les comptes publics angolais, ont immédiatement sympathisé», a-t-il dit, ce qui se traduira par « économies concrètes ».

Selon le ministre, la somme des initiatives au sein du G20 devrait permettre de réaliser des économies d'environ 6 milliards de dollars américains d'ici 2023.

"Naturellement c'est un chiffre qui nous excite, mais nous ne pouvons pas être trop euphoriques car la situation des comptes publics reste délicate", a déclaré Vera Daves, ajoutant que le "stock" de dette publique devrait atteindre 123% d'ici la fin de l'année.

Avec les fonds approuvés, le gouvernement angolais compte "non seulement pour continuer à honorer le service de la dette, mais pour avoir un renfort pour la lutte" contre la pandémie de covid-19, a-t-il dit.

La décision du FMI, annoncée mercredi, porte le programme total d'assistance financière à l'Angola à près de 4,5 milliards de dollars (3,8 milliards d'euros).

Dans le communiqué de presse accompagnant l'annonce, le FMI explique que cette troisième évaluation positive de l'aide financière accordée au titre de la Facilité élargie de financement, permet le décaissement de plus d'un milliard de dollars, soit environ de 2,5 milliards de dollars (2,11 milliards d'euros) déjà livrés depuis la signature de l'accord, le 7 décembre 2018.

Les principaux objectifs de l'accord sont "de restaurer la viabilité externe et budgétaire, d'améliorer la gouvernance et de diversifier l'économie, de promouvoir une croissance économique durable, menée par le secteur privé".

À l'issue de la troisième évaluation, le Fonds a également évalué la demande des autorités de renforcer le prêt à 765 millions de dollars, ce qui porte le total à 4465 millions de dollars (3760 millions d'euros), dans le but de soutenir «les efforts des autorités. contrôler la propagation de la pandémie de covid-19, atténuer son impact économique et faire progresser la mise en œuvre des réformes structurelles ».

L'Angola a annoncé en juin son adhésion à l'Initiative de suspension du service de la dette du G20 (DSSI) afin de négocier avec ses pairs souverains la paralysie du service de la dette des prêts bilatéraux dans un accord excluant les créanciers privés.

RCR (MBA) // JH