«Le Portugal a, ces dernières années, tracé une voie qui a montré à tous que nous étions et sommes capables de consolider nos comptes publics, de nous orienter vers des politiques économiques favorables à la croissance et à l’emploi et de renforcer les revenus disponibles des familles. . Ceci est reconnu par tous », a déclaré Augusto Santos Silva, s’adressant aux journalistes à Bruxelles après le début des contacts lundi avec plusieurs membres de l’exécutif communautaire.

Ces réunions ont eu lieu dans le cadre de la préparation du plan de relance et de résilience, un document stratégique dans lequel le Portugal doit rendre compte des réformes et des investissements qu'il entend réaliser en utilisant la «  tranche '' de près de 15 milliards d'euros qu'il disposera du fonds de relance. accord de l'UE post-covid-19 conclu en juillet dernier.

"Nous sommes tous conscients du volume de ressources dont nous parlons, un volume considérable, je dois ajouter que c'est un volume qui nous semble indispensable face à l'ampleur du défi économique et social auquel l'Europe et le monde sont confrontés", at-il souligné Augusto Santos Silva.

Interrogé si, à Bruxelles, il y a des doutes sur la capacité à mettre en œuvre les fonds communautaires, le fonctionnaire a répondu que «la réponse simple et brève est« non »».

«Si je peux permettre une touche personnelle, quand je compare ces conversations que j'ai eues hier (lundi) et aujourd'hui avec celles que j'ai eues dans le même immeuble que Berlaymont (siège de la Commission européenne) il y a cinq ans, l'environnement est assez différent, pour beaucoup mieux », a-t-il souligné.

Augusto Santos Silva s'exprimait après avoir rencontré les vice-présidents exécutifs de la Commission européenne Valdis Dombrovskis et Frans Timmermans, la commissaire Elisa Ferreira (Cohésion et réformes) et le commissaire à l'économie, Paolo Gentiloni, dans le cadre de la préparation de la Récupération et résilience.

Lors d'un long sommet des dirigeants tenu en juillet, les 27 sont parvenus à un accord sur un plan visant à sortir l'économie européenne de la crise provoquée par la pandémie de covid-19, pour un montant total de 1,82 milliard d'euros: le budget de l'UE pour les sept prochaines années, pour un montant de 1,074 milliard d'euros, et un fonds de relance de 750 milliards d'euros.

Sur ce fonds de relance, 390 milliards d'euros seront alloués sous forme de subventions (transferts non remboursables) et les 360 milliards restants sous forme de prêt, le Portugal devant lever environ 15 milliards d'euros sous une forme non remboursable.

L'accord conclu au Conseil européen prévoit que les États membres doivent soumettre des plans nationaux de relance et de résilience à Bruxelles, les Portugais étant coordonnés par le ministre du Plan, Nelson de Souza.

Egalement présent, Nelson de Souza a déclaré aux journalistes que "cette visite a confirmé que ce que le gouvernement a préparé en termes de plan de relance et de résilience semble suivre la bonne voie en termes d'orientation".

Le gouverneur ayant le portefeuille pour l'exécution des fonds communautaires a souligné, par conséquent, qu'il était nécessaire de «ne pas gaspiller une seule journée» dans le processus de présentation, de discussion et d'approbation du document.

«Le premier jour de publication du règlement, lorsque nous serons autorisés à présenter le plan, nous le ferons», a souligné Nelson de Souza, soulignant «l'urgence et l'urgence dans l'exécution» due à la «situation dans le pays», similaire à autres États membres de l’UE.

ANE / ACC // ANP