Lors d’une conférence de presse sur la lutte contre le bruit excessif dans les quartiers nocturnes de Porto, Rui Moreira a indiqué que le dossier du futur système de vidéosurveillance avait déjà été transmis au ministre de l’Administration intérieure.

« Le ministre est politiquement disposé à autoriser cette première phase. Dès que vous le communiquerez à Porto, nous serons en mesure de lancer l’appel d’offres pour l’acquisition des caméras », a déclaré le maire, notant qu’il sera encore nécessaire de recueillir les avis de certaines entités, comme la National Data Commission de protection, mais il a répliqué qu’il existe des conditions pour accélérer le processus, sachant que Porto n’est pas la première municipalité à demander l’installation d’un tel équipement.

Le système conçu pour Porto sera mis en œuvre en trois phases et comprend un total de 200 chambres, à l’exclusion des équipements technologiquement obsolètes, utilisés depuis environ une décennie dans la région de Ribeira et qui, entre-temps, ont été désactivés.

Pour la mise en place des nouvelles caméras, le système de fibre optique « indispensable » est déjà disponible dans les zones concernées.

La proposition de vidéosurveillance pour trois quartiers de la ville (centre historique, quartier ouest et quartier est) a été approuvée lors de la première réunion de l’exécutif municipal de Porto après les dernières élections municipales.

Le maire Rui Moreira a admis, à cette occasion, que les 79 premières caméras de vidéosurveillance du centre-ville pourraient commencer à être installées six mois après le « feu vert » de la tutelle.

Une surveillance vidéo a été exigée après la mort du jeune Paulo Correia, des suites d’un passage à tabac en centre-ville au petit matin du 10 octobre, à côté d’une discothèque.

L’affaire a conduit le président de l’Association des bars et discothèques de la Movida do Porto à souligner l’inquiétude des hommes d’affaires du secteur avec des épisodes violents, appelant à plus de police. Le maire a rappelé, sur le site de la commune, qu' »il y a eu des alertes successives réclamant plus de police dans les rues », renforçant « la nécessité pour le ministère de l’Administration intérieure de donner ‘le feu vert’ à la vidéosurveillance » que la municipalité entend s’installer en ville.

Lors de la conférence de presse, le maire et le commandant de la police municipale, Leitão da Silva, ont confirmé la saisie, signalée aujourd’hui par l’agence Lusa, de 35 haut-parleurs portables aux petites heures du matin des cinq derniers week-ends dans les quartiers de la vie nocturne de la ville. , pour avoir dérangé le reste des résidents, en violation de la loi sur le bruit.

Plus de 350 plaintes concernant le bruit excessif la nuit ont été reçues par les autorités municipales depuis août de cette année.

Selon le maire, la réouverture des clubs, après la pandémie, n’a pas mis fin aux réunions de rue dans les quartiers de la vie nocturne, ce qui nécessitait des actions.

Porto, a-t-il déclaré, « veut que les gens continuent à fréquenter la vie nocturne de la ville, mais pas que cela soit en conflit avec le droit au repos des habitants », d’autant plus qu’avec la fermeture de nombreux établissements de vie nocturne dans d’autres parties du Nord, Porto est devenu une attraction encore plus grande pour les oiseaux de nuit.

JGJ (CCM/JGS/VSYM) // JNM