La chorégraphe belge Anne Teresa De Keersmaeker, fondatrice de la compagnie Rosas, est la lauréate du Prix européen Helena Vaz da Silva pour la divulgation du patrimoine culturel 2021, annoncé aujourd’hui par le Centre national de la culture (CNC).

Le Prix européen Helena Vaz da Silva pour la divulgation du patrimoine culturel a été créé en 2013 par le CNC, en coopération avec Europa Nostra, la principale organisation européenne de défense du patrimoine, qu’il représente au Portugal.

Anne Teresa De Keersmaeker est l’une des protagonistes de la danse contemporaine dans le monde, sur un chemin tracé au cours des quatre dernières décennies.

Lauréate du Lion d’Or de la Carrière, à la Biennale de Venise, en 2015, elle est l’auteur de chorégraphies telles que « Fase », sa première pièce, « Quatre mouvements pour la musique de Steve Reich », « Rosas dance rosas », « Toccata », « Cassandra », ainsi que « A Love Supreme » et « West Side Story », qui comptent parmi ses créations les plus récentes.

Pour la Companhia Nacional de Bailado, il a créé « The Lisbon Piece », dans le cadre de la première Biennale Artista de la Ville de Lisbonne, qui s’est tenue en 2012, à l’initiative de la municipalité.

Au cours de cette année, Anne Teresa De Keersmaeker a maintenu un lien avec la capitale portugaise, ce qui a donné lieu à 12 spectacles, présentations au Teatro Camões et au Festival d’Alkantara, revisitant trois de ses chorégraphies avec la Companhia Nacional de Bailado, créant « The Lisbon Piece », un arraial à Martim Moniz et la danse d’un fado, chanté par Gisela João, au Centro Cultural de Belém.

À l’époque, Keersmaeker a également emmené sa danse à Porto et Guimarães – Capitale européenne de la culture, et a reçu la médaille d’or de la ville de Lisbonne.

Anne Teresa De Keersmaeker est née à Malines, Belgique, en 1960, a étudié la musique avant de se consacrer à la danse.

Elle crée sa propre compagnie, Rosas, en 1983, est invitée à créer la compagnie résidente au Teatro de La Monnaie, à Bruxelles, en 1992, et y produit et travaille jusqu’en 2007.

Il a reçu l’American Dance Festival Career Award 2011, l’Ordre des Arts et des Lettres de France et la décoration autrichienne pour la Science et les Arts.

Le prix européen Helena Vaz da Silva pour le patrimoine culturel est décerné chaque année à un citoyen européen qui « s’est distingué pour la diffusion, la défense et la promotion du patrimoine culturel de l’Europe, que ce soit à travers des œuvres littéraires et musicales ou à travers des reportages, articles, chroniques, photographies, dessins animés, documentaires, films de fiction et programmes de radio ou de télévision », conformément à son règlement.

L’écrivain italien Claudio Magris a été le premier lauréat du prix, en 2013.

Viennent ensuite l’écrivain turc et prix Nobel de littérature Orhan Pamuk, en 2014, le musicien catalan Jordi Savall, en 2015, le dessinateur français Jean Plantureux, dit Plantu, et l’essayiste portugais Eduardo Lourenço, « ex aequo », en 2016, le cinéaste allemand Wim Wenders, en 2017, l’historienne britannique Bettany Hughes, en 2018, et la scientifique italienne Fabiola Gianotti, en 2019, experte en physique des particules, première femme à diriger l’Organisation européenne pour la recherche nucléaire (CERN).

L’année dernière, le prix a été décerné au cardinal portugais José Tolentino Mendonça, directeur de la Bibliothèque et des archives apostoliques du Vatican.

MAG (AG) // SB