Une bataille bureaucratique est en cours pour savoir qui devrait demander un remboursement de 1,3 million d’euros pour les 30 ventilateurs défectueux achetés en avril et destinés à être utilisés dans les hôpitaux publics de l’Algarve.

Les ventilateurs n’ont «jamais fonctionné» et ont été rapidement jugés «pas suffisamment fiables pour être utilisés sur l’homme».

Mais ce qui aurait dû être un simple processus de demande de remboursement s’est transformé en une lutte pour savoir qui a le pouvoir de le faire.

Les ventilateurs défectueux ont été achetés par l’Algarve Biomedical Center (ABC) avec de l’argent donné par l’Association des municipalités de l’Algarve (AMAL). Ils ont ensuite été donnés au Conseil de l’hôpital universitaire de l’Algarve (CHUA).

Le problème est qu’aucune de ces entités ne croit qu’il leur incombe de demander un remboursement.

Paulo Neves, porte-parole du conseil d’administration du CHUA, a déclaré qu’ABC devrait demander le remboursement car c’était l’entité chargée d’acheter l’équipement.

«Je ne vois pas comment CHUA, qui n’a pas de reçu et ne connaît pas le fabricant ou l’intermédiaire, va poursuivre quelqu’un que nous n’avons pas payé, cela n’a pas de sens», a-t-il déclaré à Lusa news agence.

Le président d’ABC, Nuno Marques, a un point de vue complètement différent.

«CHUA est le propriétaire légitime de l’équipement», a-t-il déclaré, ajoutant qu’ABC n’a pas la «légitimité légale d’intervenir».

Marques a affirmé que le reçu est entre les mains de CHUA, qui, selon elle, est devenue le propriétaire légitime des ventilateurs à partir du moment où elle les a acceptés. Il a également déclaré qu’ABC avait offert son soutien et que tout ce qu’il savait, c’est que les techniciens du fabricant se sont rendus au Portugal pour essayer de réparer les ventilateurs.

Pendant ce temps, le patron d’AMAL, António Pina, a révélé qu’une commission devait être créée avec un «membre de chaque entité» afin de résoudre le problème une fois pour toutes.

La seule chose qu’il sait avec certitude est qu’AMAL ne sera pas l’entité qui demandera le remboursement.

«Ce sera l’un des deux (ABC ou CHUA). C’est une question juridique et nous devons être sûrs », a-t-il déclaré.

Pina a ajouté que l’objectif est d’utiliser le remboursement de 1,3 million d’euros pour «couvrir d’autres besoins du CHUA».

michael.bruxo@algarveresident.com