Intitulée « Image on the Run : Júlio Pomar, Menez et Sónia Almeida », cette exposition artistique est organisée par Sara Antónia Matos et poursuit le programme d’expositions de ce musée, qui cherche à « croiser l’œuvre de Júlio Pomar avec celle d’autres artistes, afin d’établir de nouvelles relations entre l’œuvre du peintre et la contemporanéité », annonce aujourd’hui l’atelier.

Il s’agit d’une exposition qui vise à réfléchir à la façon dont l’œuvre de Júlio Pomar recoupe l’œuvre de Menez, avec qui il a entretenu une relation artistique de complicité et d’admiration, et une peintre d’une jeune génération, Sónia Almeida, pour qui l’œuvre de Menez était une référence dans ses années de collège.

« Autour de l’idée d’influence et de contamination dans l’art (en prenant la compréhension de ces concepts comme productive et non péjorative), nous cherchons à explorer la manière dont les images se fixent et nous échappent simultanément », explique le musée, dans un communiqué. .

Le titre de l’exposition est né de l’intérêt que Sónia Almeida a porté à l’œuvre de Júlio Pomar, à savoir les panneaux du cinéma Batalha, à Porto, fresques peintes sur le mur à la fin des années 40, et immédiatement détruites par le PIDE, faisant de ces « images disparues, effacées, inaccessibles depuis ».

« De ces images qui nous échappent et dont il ne reste que la documentation (photographies, dessins, projets et lettres qui témoignent de la censure à laquelle l’œuvre a été soumise) sont nées des contagions qui subsistent désormais dans le projet de Sónia Almeida pour l’Atelier-Musée », révèle la déclaration.

La pièce que cet artiste a développée intègre des compositions picturales, réalisées sur des bandes de papier, appliquées sur des prismes à base triangulaire, formant « des structures ou ‘parois tournantes’, qui peuvent tourner sur elles-mêmes, mettant l’image en mouvement, en vol, en transformation », exigeant un exercice actif d’observation de la part du spectateur.

Les panneaux du cinéma Batalha de Pomar faisaient allusion aux festivités de S. João do Porto, donc Sónia Almeida fait également référence à ces festivités, au mouvement et à la danse qui leur sont inhérents, à travers des éléments graphiques utilisés par les chorégraphes dans le pas. danse : dessins de chaussures.

L’artiste portugaise présente également une œuvre qui révèle son intérêt pour les frises et les panneaux, dans une pièce qu’elle a réalisée pour couvrir la frise architecturale de la mezzanine de l’Atelier-Musée, à partir de l’image/illustration que Júlio Pomar a réalisée pour la couverture du livre « Bichos Bichinhos e Bicharocos », de Sidónio Muralha, en 1949.

À partir des frises et des structures prismatiques tournantes que Sónia Almeida a construites pour cette exposition, l’Atelier-Musée établit également une relation avec les peintures sur pavés de Menez.

L’une de ces œuvres de Menez, « Objet (Parallélépipède) », de 1969, représente une première tentative d’évasion du plan bidimensionnel.

Dans l’exposition, cette pièce de Menez, issue de la collection de la Fondation Calouste Gulbenkian, « semble être la clé pour établir le ‘pont’ entre les dispositifs créés par Sónia Almeida et les panneaux du Cinéma Batalha de Júlio Pomar, renforçant le sentiment que le l’image, toujours en fuite, ne se laisse pas corriger ».

On retrouve chez les trois artistes le caractère abstrait de l’image, dans le cas de Sónia Almeida, les « formes diluées », dans le cas de Menez, et la fusion entre couches et couleurs dans le cas de Pomar.

C’est d’ailleurs la couleur qui a motivé le choix des œuvres de Júlio Pomar — entre la figure et l’abstrait — qui font partie de l’exposition : « Belle Isle en Mer », 1976, « Fruit, Barque II », 1977, « La Nef », ​​​1977, et « Le plomb et la Pierre », 1977.

Au cours de l’exposition, qui sera ouverte au public jusqu’au 10 avril 2022, un catalogue sera publié avec des textes de Ricardo Nicolau et Maria Quintãs (publié par l’Atelier-Museu Júlio Pomar/Documenta) et des images des œuvres installées dans le space , et un livre avec la relation épistolaire de Júlio Pomar et Menez.

AL // TDI

Le contenu Nouvelle exposition de Júlio Pomar croise le travail de l’artiste avec Menez et Sonia Almeida apparaît pour la première fois à Visão.