Selon une décision à laquelle Lusa a eu accès aujourd’hui, datée de mercredi, la juge Clara Ambrósio a décidé de maintenir l’incident de la levée de l’effet suspensif de la contestation.

« En conséquence, je détermine la levée de l’effet suspensif automatique de l’attribution contestée dans la présente action », lit-on dans le texte, concernant l’action de contestation de Gondomarense, Pacense et Valpi, perdants de l’appel d’offres public du lot 02 (Santo Tirso , Valongo , Paredes, Gondomar).

Les parties ont contesté les attributions dans les cinq lots de l’appel d’offres et, avec l’effet suspensif respectif, la procédure a empêché l’avancement de l’appel d’offres public de transport public routier par AMP.

L’AMP a indiqué le 25 mars qu’elle invoquerait l’intérêt général pour lever l’effet suspensif des poursuites intentées par les opérateurs de transports publics actuels de la région.

La décision connue aujourd’hui suit la même direction qu’une précédente, déposée par Espírito Santo, União de Transportes dos Carvalhos (UTC) et MGC Transportes, rapportée par Lusa le 22 juillet, concernant le lot 04 (Vila Nova de Gaia et Espinho).

L’enjeu est la procédure de 394 millions d’euros qui met fin à un modèle de concession ligne par ligne hérité de 1948 et porte sur un nouveau réseau standardisé de 439 lignes, y compris les billets Andante, la flotte de bus devant présenter « une image commune sur l’ensemble du territoire ». ”.

Dans la décision à laquelle Lusa a eu accès aujourd’hui, le juge a compris que « la suspension des effets des actes d’adjudication ne peut être maintenue, compte tenu de la pertinence incontestable de la prestation de services en question pour tous ses utilisateurs ».

Selon lui, il y avait un « risque sérieux de maintenir la suspension automatique ‘ope legis’ [por força da lei]il n’est pas possible jusqu’à la date limite des autorisations provisoires accordées aux opérateurs actuels (03/12/2023) d’opérationnaliser le service en question dans ses différents aspects ».

« Dans la pesée des intérêts en présence, il est opportun, raisonnable et proportionné de différer la levée de l’effet suspensif, car les dommages et intérêts qui résulteraient de sa levée sont inférieurs à ceux qui pourraient résulter de son refus », résume le juge.

Le 22 juillet, Lusa a annoncé que le TAF de Porto avait levé l’effet suspensif d’une contestation de l’appel d’offres, ouvrant la voie à la mise en place du nouveau réseau de bus sur le territoire.

La décision connue aujourd’hui confirme le scénario exposé dans le cas du lot 4 (Vila Nova de Gaia e Espinho), attribué à Feirense et Bus on Tour.

Auto Viação Feirense prévoit d’opérer à Vila Nova de Gaia et Espinho « au second semestre 2023 », selon l’administrateur de l’entreprise Gabriel Couto, mais a admis que « la » guerre « des contestations et des boycotts de l’appel d’offres n’est pas terminée , sera continuer, il y aura encore des difficultés ».

Dans le cadre de la procédure décidée le 22 juillet, le président de l’AMP, Eduardo Vítor Rodrigues, s’est rendu devant la justice, en qualité de témoin, ainsi que les responsables d’Espírito Santo, UTC et MGC.

L’aire métropolitaine de Porto (AMP) considère que le délai « idéal » pour que le nouveau réseau de bus commence à fonctionner dans la région est le premier semestre 2023, a déclaré la semaine dernière son président, Eduardo Vítor Rodrigues, aux journalistes.

JE // LIL