L'initiative, appelée «Lecture libre», est de Arante Kivuvu et Francisco Mapanda «Dago Level», le premier détenu avec 16 autres militants pour avoir lu un livre, dans l'affaire bien connue 15 + 2, et le second pour avoir considéré au tribunal que le procès était «une blague».

S'adressant à l'agence Lusa, ils ont déclaré que le projet datait de plus d'une semaine et ont évoqué la nécessité de se réinventer dans cette phase de la nouvelle pandémie de coronavirus, lorsqu'ils ont commencé à vendre des cigarettes à cet endroit.

«Nous vendions sous le piéton, nous sommes venus avec nos manuels, et au moment où nous avons vendu, nous avons lu et discuté du manuel que nous lisons», a déclaré Arante Kivuvu, notant que la situation avait suscité l'intérêt des autres.

Selon Dago Level, le premier jour, ils ont pris 14 livres qui étaient immédiatement entre les mains de lecteurs avides. Pour cette raison, ils ont décidé de prendre toutes les œuvres que chacun avait et aujourd'hui, avec les dons qu'ils reçoivent, ils totalisent déjà plus de 400 livres qui sont chargés quotidiennement pour cet espace.

Arante Kivuvu garantit que le lieu est assez fréquenté, recevant des enfants, des jeunes et des adultes, mais ne dispose d'aucune donnée statistique car le projet ne suit pas les formalités d'une véritable bibliothèque.

«Notre bibliothèque est non standard, hors de l'ordinaire, c'est-à-dire que les bibliothèques conventionnelles ont une liste de présence, où les gens mettent les chiffres, ils ont en fait un certain nombre de bureaucratie et nous nous en débarrassons», a déclaré Dago Level.

Pour Dago Level, le plus gratifiant et le plus réconfortant est d'écouter les commentaires des gens sur l'initiative, en se rappelant que «les bibliothèques et les livres sont chaque année plus éloignés des gens».

Le militant évoque la relation entre les piétons et les personnes, soulignant que le projet ajoute plus de valeur à cela, brisant les tabous et défaisant les préjugés, parmi lesquels "que les jeunes Angolais n'aiment pas étudier, lire".

«Si les gens venaient au pont juste pour fumer une cigarette, boire du whisky ou faire des choses moins bonnes, aujourd'hui, ils viennent chercher des livres comme alternative», a déclaré Dago Level, soulignant que «la bibliothèque standardisée prouve le contraire».

Situé entre une route et une voie ferrée, le bruit assourdissant du lieu, a souligné Dago Level, n'entrave pas la concentration des lecteurs, qui avant 7h00, lorsque l'espace s'ouvre, sont déjà profilés pour lire un livre.

«Il semble que lorsque les gens prennent le livre, ils entrent dans le livre. Comme on dit: quiconque écrit un livre construit un château et quiconque lit un livre vit à l'intérieur, bloquant tout le bruit qui vient, soit du bord de la route, soit du chemin de fer », a-t-il déclaré.

Arante Kivuku se souvient d'une scène remarquable: un enfant qui a déclaré qu'il n'avait pas lu de livre depuis six mois, les cours ayant été suspendus à cause du covid-19.

«Lorsque la bibliothèque a ouvert le même jour, le garçon a fini de lire un livre de 30 pages et nous a dit ce qu'il avait compris dans le livre», a déclaré Arante Kivuvu, rappelant également à Dago Level qu'une jeune femme avait pu lire le livre en 15 minutes. «Granny Gangster», qu'elle recommanda à son tour à son frère.

"Il y a des gens qui lisent plus d'un livre par jour, en fait, nous découvrons de vrais bouffons de livres", a déclaré Dago Level, notant qu'il a observé que les gens ont faim de lire des livres sur des questions politiques et liés à la science politique, mais aussi auto-assistance.

"Il semble qu'il y ait une soif pour les gens de comprendre à l'intérieur comment la politique fonctionne, de mieux comprendre leurs droits, leurs devoirs et cela a été une constatation factuelle", a-t-il déclaré.

Sans aucun soutien des autorités, seulement solidarité de la population, les militants ont déclaré avoir dû recourir aux ordures pour «construire» la bibliothèque, transformer les pneus en banques pour les lecteurs et récupérer les valises qui servent désormais à stocker et transporter des livres.

«À l'heure actuelle, nous recevons beaucoup de demandes, comme à Camama, Rangel, Sambizanga, Namibe, Huíla, il y a des gens qui ont également l'intention de créer la bibliothèque standardisée. Notre responsabilité augmente. Nous n'avons pas idéalisé un projet en tant que tel, mais maintenant il y a un besoin pour cela », a souligné Arante Kivuvu.

En ce qui concerne le lien du projet avec le processus 15 + 2, concernant 17 militants angolais arrêtés en 2015 alors qu'ils débattaient d'un livre et accusés de préparer un coup d'État contre le gouvernement MPLA du président de l'époque, José Eduardo dos Santos, tous deux l'ont considéré comme une simple coïncidence, se rappeler que l'amour des livres pour les deux est grand.

Au moment du reportage, Ladislau Costa a fait don de quatre œuvres, en solidarité avec l'initiative et la passion du livre.

«Nous avons une pénurie de bibliothèques et malgré la rareté, il y a de la bureaucratie et du formalisme. Ce que les jeunes ont fait ici, a donné une ouverture pour alléger la souffrance que beaucoup de gens ont endurée avec la détention et aussi avec la difficulté d'accéder à un bon livre pour lire », a-t-il souligné.

S'adressant à Lusa, les lecteurs ont salué le projet, qui prend du temps pour les jeunes et rassemble les gens, comme l'a déclaré Domingos Kanjila, 23 ans, qui est un habitué de l'espace depuis trois jours.

"J'ai déjà lu trois livres, c'est une très bonne initiative, puisque les bibliothèques ici dans le quartier sont très éloignées de la population, cela motive les jeunes à avoir l'habitude de lire et leur permet d'acquérir de nouvelles connaissances", a-t-il déclaré, ajoutant qu'il lisait principalement forme virtuelle, car l'accès au livre physique est rare en raison des prix élevés.

NME // JH

Le contenu Projet de bibliothèque gratuite et lecture gratuite à Luanda révèle que «de vrais bogeymen du livre» apparaît en premier dans Visão.