« Le réseau actuel du SIRESP est en fin de vie, une évolution est donc nécessaire. L’opérateur de communication SIRESP doit passer au LTE [tecnologia móvel de transmissão de dados] 4G/5G de manière à ce qu’il n’y ait pas d’interruption du service de communication critique », lit-on dans le rapport et les comptes 2021 de SIRESP SA, opérateur du Réseau national d’urgence et de sécurité (SIRESP).

Le rapport, publié cette semaine sur le site Internet de la société, indique que cette transition du SIRESP « ouvre des opportunités de collaboration dans des domaines qui n’étaient pas possibles jusqu’à présent, tels que le réseau électrique national, les réseaux hospitaliers, les réseaux autoroutiers, les écoles, la fourniture de Wi- J’étais public ».

Le document, signé par l’ancienne présidente du conseil d’administration Sandra Perdigão Neves, déclare que « nous assistons aujourd’hui à une augmentation des besoins de ces réseaux de communication critiques à travers le monde », notamment dans les cas de vidéosurveillance, dans la transmission en direct de police, théâtre d’opérations et incendies, pour les centres de commandement, l’utilisation de drones et l’accès en temps réel aux centres de données.

« Pour répondre à cette utilisation, les réseaux critiques doivent évoluer vers le 3GPP LTE (Long Term Evolution) 4G et 5G, des systèmes à large bande qui ont une capacité, une vitesse et une hiérarchisation du trafic de données ajustées aux besoins actuels. Les faibles latences, les hauts débits, la gestion améliorée et flexible de l’efficacité du spectre, la simplification des architectures et l’amélioration de la mobilité sont des arguments très forts pour que les réseaux de communications critiques adoptent le LTE », souligne le document.

En avril, le gouvernement a remplacé Sandra Perdigão Neves par le général de brigade Paulo Viegas Nunes à la présidence de SIRESP SA.

Le rapport et les comptes 2021 indiquent également que la société qui gère le réseau SIRESP a enregistré une perte de 2,25 millions d’euros, « l’écart défavorable » étant justifié par « l’absence de toute compensation liée à la mise en place de solutions de redondance de transmission ». l’autonomie de l’électricité au cours du premier semestre 2021, en raison de l’absence de facturation supplémentaire qui était prévue pour les charges générales d’exploitation du second semestre 2021, ainsi que pour les actions complémentaires de gestion et de maintenance du réseau prévues pour le même période ».

Le document note également que « le contrat de prestation de service public n’a pas encore été publié et l’Etat n’a effectué aucun autre versement pour financer les engagements de l’entreprise ».

«Avec la fin du contrat de base le 30 juin 2021, il a été établi, par la résolution du Conseil des ministres nº 59-A/2021 du 14 mai, le financement des services de gestion, d’exploitation et de maintenance du réseau SIRESP pour le second semestre 2021, sous forme de dommages et intérêts, d’un montant total de 11 millions d’euros. Le fait qu’un contrat de prestation de services avec l’Etat n’ait pas été signé après le 30 juin 2021, a eu pour effet d’empêcher la SIRESP, SA de percevoir les recettes liées aux dépenses d’activité, ce qui a conduit à l’exécution par rapport au budget approuvé. attentes », affirme le rapport.

Selon le document, la capacité du système intégré des réseaux d’urgence et de sécurité au Portugal n’a pas encore atteint 100 %, car les quatre stations de base du métro de Porto n’ont pas encore été installées.

Concernant le bilan de l’utilisation du réseau SIRESP, la société précise qu’en 2021 on a enregistré une baisse du nombre de communications d’environ 10% par rapport à la moyenne des quatre dernières années, avec un total de 32 397 359 appels initiés sur le réseau .

« L’analyse mensuelle effectuée montre une baisse au cours du premier trimestre de l’année, fortement associée à des périodes de mesures restrictives dues à la pandémie de covid-19. Bien que ce fait ait entraîné une réduction du trafic sur le réseau, la distribution quotidienne a enregistré des pics entre mai et octobre, clairement associés à des incendies plus importants pendant la période estivale et à l’utilisation plus intense du réseau qui en résulte par les pompiers et la protection civile », souligne le rapport. , notant qu’il y avait une indisponibilité globale du réseau de l’ordre de 0,02%, « alors que la valeur contractuelle maximale est de 0,40%, correspondant à un niveau de service rendu très supérieur à celui contracté ».

L’année dernière, le réseau SIRESP a été principalement utilisé par la GNR et la PSP, avec une diminution relative de la part de l’ANEPC et une augmentation de la part des autres entités.

Parmi les principaux utilisateurs figurent la PSP, la GNR, la Police Judiciaire, le Service des Etrangers et des Frontières, le Service National des Pompiers, la Protection Civile et l’INEM.

L’utilisation du réseau SIRESP est passée de 16 entités avec 18 000 utilisateurs en 2010 à 140 en 2021 avec 50 000 utilisateurs, y compris les mairies, les services d’information de la République portugaise, l’inspection générale des activités économiques, la Croix-Rouge portugaise et les ports commerciaux.

CMP // JMR