Un autre navire s'est vu refuser l'entrée au Portugal après que son équipage eut achevé une période de quarantaine de deux semaines au port de plaisance de Portimão pour être informé à la fin de celui-ci qu'il ne pouvait pas entrer dans le pays.

La nouvelle est venue en même temps que les autorités du pays chargées de l’immigration et des frontières (SEF) ont confirmé au résident que l’arrimage de tous les «bateaux de plaisance» et l’entrée des équipages dans le pays étaient interdits. Les «exceptions aux règles sont les citoyens portugais et les citoyens titulaires d'un permis de séjour».

David Ockhuijzen, skipper du catamaran «ZILT», est arrivé avec son épouse José-Anne à Portimão le 8 mai.

«Nous venions de la mer Méditerranée et, au moment où nous sommes arrivés à Portimão, nous avions été« enfermés »sur notre bateau pendant neuf semaines à cause de Covid-19», a déclaré David au résident, ajoutant qu'ils étaient tous deux citoyens néerlandais et que leur bateau navigue sous pavillon néerlandais.

«Nous avons reçu l'autorisation de mouiller à Portimão de l'autorité portuaire. La police maritime qui est venue sur notre bateau a souligné que nous devions rester en quarantaine sur notre bateau pendant 14 jours. Pour des raisons évidentes, nous n'étions pas satisfaits de cela, mais nous avons respecté cette condition », a-t-il déclaré.

Cependant, la veille de la fin de la période de quarantaine, David a été appelé par un représentant des autorités sanitaires du Portugal pour les informer qu'ils n'étaient toujours pas autorisés à descendre à terre et devaient attendre le 15 juin.

"Le représentant a dit que c'était la loi, et ce sont les règles", nous a expliqué David.

«Ce qui rend la situation encore plus douloureuse, c'est le fait que pendant que nous sommes enfermés dans notre bateau, les gens arrivent à Lisbonne depuis l'étranger et font ce qu'ils veulent, sans poser de questions! Nous connaissons plusieurs exemples à la marina de Portimão où des gens sont arrivés au cours des deux dernières semaines, sont allés à leurs bateaux et ont navigué pour mouiller à côté de nous et sont descendus à terre en canot sans aucune restriction.

"Quand j'ai interrogé la dame de l'autorité sanitaire à ce sujet, elle a dit:" Oui, désolée, mais les règles pour les avions sont différentes de celles pour les bateaux "."

David et sa femme vont maintenant attendre à Portimão jusqu'à ce qu'ils soient autorisés à entrer.

«Les vents ne sont pas vraiment favorables pour naviguer vers le nord à cette période de l'année. Donc, nous attendrons que nous soyons autorisés à entrer », nous a-t-il dit.

«C'est bien d'avoir des règles, mais les règles doivent avoir un sens. Lorsque les employés des différentes autorités se cachent derrière des règles sans être en mesure d'expliquer la raison d'être des règles, et quand en même temps ces règles sont appliquées différemment selon la personne avec qui vous traitez, les choses vont sérieusement dans la mauvaise direction. » Dit David.

L'indignation est reprise par Sven Taylor, capitaine du navire Joseph Conrad, âgé de 104 ans, qui a quitté Portimão samedi dernier et a mis le cap vers la Croatie après avoir également été refusé l'entrée dans le pays.

"Le manque évident de raison et de bon sens dont font preuve les pays européens est incompréhensible", a-t-il dit, étonné de voir que la communauté du yachting et ses revenus sont généralement bien accueillis pour être désormais "séparés d'une manière aussi inhumaine".

"Heureusement, d'autres pays se rendent compte que notre temps de mer équivaut à la quarantaine, car nos documents de dédouanement du dernier port d'escale, le journal de bord et les dispositifs de suivi électronique montrent clairement que le navire ne s'est arrêté nulle part", a déclaré Sven.

Il a ajouté que «nous ne sommes pas infectés et n'avons pas eu l'occasion de l'être».

Pendant ce temps, SEF a également confirmé dans sa réponse écrite au résident que les navires de croisière ne sont pas non plus autorisés à s'arrêter dans les ports portugais pour laisser leurs passagers ou leur équipage, bien que certaines exceptions puissent être faites, avec le consentement de l'autorité sanitaire du Portugal, pour une le changement d'équipage ou le débarquement des passagers qui retournent dans leur pays de résidence, à l'exception des citoyens nationaux et des citoyens titulaires d'un permis de séjour. Voyager en bateau entre l'Espagne et le Portugal est également «interdit».

Par MICHAEL BRUXO
michael.bruxo@algarveresident.com