Le président du Conseil européen, Charles Michel, a révélé qu'il présentera aujourd'hui aux dirigeants des 27 une nouvelle proposition sur le plan de relance européen, exprimant sa conviction qu'il est possible de parvenir à un accord.

Après être parvenu à un accord de principe sur le Fonds de relance, qui doit encore être officialisé, les chefs d'État et de gouvernement se consacreront désormais aux négociations sur l'autre pilier du plan de relance, le budget de l'Union. pour les sept prochaines années, dans une session de travail dont le démarrage a été successivement reporté, mais qui devrait commencer prochainement.

«J'enverrai bientôt ma nouvelle proposition aux dirigeants. Nous avons travaillé dur, et cette proposition est le résultat d'un travail collectif extrêmement intense », a déclaré le président du Conseil.

Charles Michel s'est dit conscient que «les dernières étapes [des négociations] sont toujours les plus difficiles, mais il s'est assuré d'être« confiant »et« convaincu qu'un accord est possible », à savoir autour du cadre financier pluriannuel de l'Union pour 2021- 2027, environ 1 milliard d'euros.

Lancé vendredi matin dernier, ce Conseil européen consacré au plan de relance économique de l'Europe face à la crise de la Covid-19 est déjà l'un des plus longs sommets de l'histoire de l'UE – et il menace même de battre le record détenu par le Conseil de l'Europe. Nice en 2000, qui a duré quatre nuits – et un compromis a été trouvé sur le Fonds de relance hier soir.

L'accord de principe prévoit que le Fonds disposera d'une allocation globale de 700 milliards d'euros, contre 750 milliards initialement prévus, avec 390 milliards de fonds à fournir par le biais de transferts non remboursables, dans ce cas une réduction beaucoup plus importante par rapport à la proposition initiale, qui prévoyait 500 milliards d'euros de subventions.

Néanmoins, le Premier ministre portugais, António Costa, a estimé aujourd'hui qu'il s'agissait d'un «bon accord» et qu'il garantirait au Portugal une somme de 15,3 milliards d'euros.

«Je pense que l'accord trouvé est un bon accord, il était à la limite de ce qui ferait de ce fonds un fonds insuffisamment robuste pour répondre à cette première phase de crise. Et, dans la combinaison des prêts et des subventions, je pense que nous aurons un fonds qui aura 700 milliards d'euros. En tout état de cause, c'est une étape historique de créer un fonds de cette nature basé sur l'émission de dette par la Commission », a-t-il déclaré.

Dans des déclarations faites à la presse avant de rejoindre le Conseil, Costa a souligné que «ce qui est important, c'est que, dans cette réduction significative du montant global du Fonds», en termes de transferts non remboursables, «il était essentiellement possible de protéger ce qu'étaient les enveloppes. nationale ".

«Et donc, hormis quelques événements aujourd'hui, ce sur quoi nous pouvons compter en ce qui concerne le Fonds de relance, en ce qui concerne le Portugal, dans ses différentes dimensions, c'est avec un budget de 15,3 milliards d'euros, qui devrait être exécuté entre Janvier 2021 et 2026 », a-t-il indiqué.

En supposant qu'il s'agit «d'une somme qui impose une énorme responsabilité» et donne «une opportunité très significative au pays de répondre avec énergie à la crise économique très profonde», lui donnant une «capacité de réponse» que le Portugal n'aurait pas autrement, António Costa a expliqué que le pays a désormais «perdu» dans le Fonds en raison de la diminution de son montant, il sera «compensé» dans le budget de l'Union pour 2021-2027, le prochain «marathon» de négociation.

ACC / ANE // EL