Le Syndicat itinérant de révision commerciale des chemins de fer (SFRCI) a annoncé aujourd’hui deux nouvelles grèves partielles dans les zones urbaines de Porto et de Lisbonne ce mois-ci, exigeant des améliorations salariales.

La grève partielle dans la zone urbaine de Porto aura lieu entre 05h00 et 08h30 le 23 mai, tandis que celle dans la zone urbaine de Lisbonne est prévue le 27 mai, entre 17h00 et 21h00 : 00. , a été annoncé aujourd’hui par la direction du syndicat, dans un communiqué.

Le syndicat, qui représente au CP la majorité des travailleurs des services commerciaux et de transport (relecteurs, agents de billetterie et leurs managers directs), a estimé que l’augmentation de 0,9% de la grille salariale n’est pas « une valeur acceptable » par rapport à la perte continue d’achats pouvoir, « quelque chose qui se passe depuis 2019 ».

“Il est conclu que CP, pour les travailleurs du commerce et des transports, comprend que les valeurs entre 6,50 Euro [euros] et 12,39 euros plus 0,14 euro d’indemnité de repas sont plus que suffisants », a fustigé le syndicat, qui fait valoir que la direction et les tuteurs de l’entreprise « ne peuvent rester indifférents à l’augmentation brutale du coût de la vie ».

Le SFRCI a également minimisé l’annonce publique du CP qui, le 16 mai, a déclaré avoir signé un accord de principe avec 12 syndicats, soulignant que « beaucoup d’entre eux » ont un « taux de représentativité très faible » et que cela impliquait  » que les raisons qui ont conduit à la grève du 16 mai n’étaient pas justifiées ».

Le syndicat a également souligné qu’au cours des 11 dernières années, il y a eu un gel des salaires des cheminots dans neuf d’entre eux et a mis en garde contre la baisse du pouvoir d’achat, qui est « réelle et brutale ».

« Les travailleurs du CP, ne recourant même pas aux heures supplémentaires, abdiquant une vie familiale et sociale saine, sont capables de cacher les énormes difficultés qu’ils traversent », lit-on dans le document, qui souligne que les travailleurs veulent être traités « avec la même équité et dignité que les autres catégories professionnelles de l’entreprise, auxquelles il a attribué des augmentations de salaire plus généreuses ».

Dans une déclaration transmise aux médias le 16, le conseil d’administration du transporteur a indiqué que l’entreprise « a conclu un accord avec la grande majorité des syndicats représentant les travailleurs du CP, en vue de revoir les instruments collectifs de réglementation du travail de l’entreprise ». , en particulier, l’intégration complète de tous les travailleurs (y compris les travailleurs issus de l’ancienne EMEF) dans les mêmes instruments et conditions de travail, sans négliger les spécificités de chaque profession ».

L’entreprise a ajouté que les 12 syndicats avec lesquels elle a conclu une entente représentent 71 % des travailleurs syndiqués du CP.

Parmi les résultats obtenus dans la négociation, CP a souligné, entre autres, l’augmentation de salaire pour tous les travailleurs de 0,9%, avec effet rétroactif au 1er janvier 2022, la normalisation de l’indemnité de repas à 7,74 euros et l’intégration des anciens travailleurs de l’EMEF. sur la grille salariale du CP, avec effet rétroactif au 1er janvier.

Les travailleurs de CP — Comboios de Portugal ont entamé lundi une grève de 24 heures pour exiger des augmentations de salaire de 90 euros pour tous les travailleurs.

JO (MPE/RRA) // CSJ