Le gouvernement a approuvé, jeudi en Conseil des ministres, le décret-loi portant création du statut des professionnels de la culture, après une consultation publique qui a réuni des dizaines de contributions.

« Ce que nous avons, avant tout, ce sont de la méfiance et des inquiétudes », a déclaré le dirigeant syndical Rui Galveias, du Syndicat des travailleurs du spectacle, de l’audiovisuel et des musiciens (Cena-STE).

La question des délais de garantie et la manière dont est déterminée l’aide à la cessation d’activité, « qui ne [se sabe] comment ça va s’appeler, mais c’est une sorte d’allocation chômage », sont, selon Rui Galveias, quelques-unes des raisons d’inquiétude du syndicat.

« C’est un problème pour nous, car il est important que certains travailleurs du secteur commencent à avoir une protection sociale, car, en fait, ce sont des travailleurs indépendants, la plupart des travailleurs qui sont sur des recettes vertes dans le secteur sont des faux verts recettes», a-t-il noté, ajoutant que la «grande préoccupation» du syndicat est de savoir «comment des mesures de ce type aident à résoudre ce type de problèmes».

« [Temos] un problème de bas salaires, nous avons un problème d’irresponsabilité des entités adjudicatrices du secteur qui ne sera pas résolu par la légalisation de l’illégalité », a-t-il souligné.

Concernant l’allocation similaire à l’allocation chômage, à laquelle le travailleur, pour avoir accès, « doit accomplir la période de garantie de six mois de mise à disposition d’activité », Rui Galveias a souligné qu’il ne sait pas comment la quantification du temps de travail sera fait.

« Je veux dire, ça ne peut pas être la logique d’y aller, je paie six mois de Sécurité sociale et j’ai droit à une subvention de 2,5 IAS [Indexante dos Apoios Sociais] pour six mois. Cela n’a pas de sens », a-t-il souligné. Pour Rui Galveias, « ce n’est pas la logique, ni l’objectif » du statut des professionnels de la culture.

Pour le dirigeant syndical, le statut « peut ouvrir la voie à des choses très dangereuses dans le monde du travail au Portugal, amenant de nombreuses personnes qui sont en situation précaire, à penser qu’elles sont en situation d’entrepreneuriat, comme c’est le cas de certains travailleurs. à ‘Ubers’ ‘et ainsi de suite.’

Contactée par l’agence Lusa au sujet de cette approbation, Salomé Lamas, de la direction de l’Association des artistes visuels du Portugal (AAVP), a déclaré que l’entité a reçu cette nouvelle « avec un mécontentement et une frustration énormes, car le document ressemble à un chapeau qui sert tout le monde. , mais après tout, ça ne sert à personne ».

« Dans le cas des artistes plasticiens, il a toujours été la partie la plus lésée », a-t-il estimé, défendant la « création de régimes d’exception pour chacun des domaines » concernés.

Constatant qu’« il y a eu une dédicace du ministère de la Culture, qui semblait sérieuse, faite avec le temps et avec la participation et l’effort de nombreuses structures pour présenter des propositions, mais elles se sont retrouvées finalement écartées [do processo para a criação do Estatuto], ce qui, après tout, aggravera l’informalité et la précarité ».

« Nous sommes indignés, tristes et désabusés », a-t-il exprimé, ajoutant qu’il y a un sentiment que les associations qui ont participé au processus ont été « escroquées ».

Le statut des professionnels de la culture, une demande du secteur avec au moins deux décennies, a commencé à être conçu à la mi-2020, lorsque le gouvernement a annoncé la création d’un groupe de travail interministériel, « pour analyser, mettre à jour et adapter les régimes juridiques des contrats de travail des professionnels du spectacle et du régime de sécurité sociale respectif ».

« C’est une de ces situations où tout change, mais tout reste pareil », a estimé le président du conseil d’administration de l’AAVP.

Dans un communiqué, Convergence pour la Culture a estimé que l’approbation, par le Gouvernement, « d’un statut créé sur la base de l’adultération est une manifestation d’irrespect pour les contributions des agents culturels, qui ont déjà exprimé leur indignation devant le fait que ce diplôme soit loin du modèle définitif », accusant le ministre de « ne pas s’exprimer sur la continuité des réunions pour discuter des principaux points qui restent à régler ».

« Nous concluons que le gouvernement n’entend pas créer de mécanismes pour l’inclusion des travailleurs otages de l’informalité, n’entend pas abroger la loi 4/2008, qui reste comme base de référence dans le statut de ce statut, ne prévoit pas de l’examen des travailleurs indépendants, il ne fournit pas non plus de prestataires de services de protection, ni ne suppose la nécessité de créer des mécanismes d’inclusion pour amener tous les travailleurs au système contributif. Un statut ne peut pas remplacer la nécessité d’une loi fondamentale, comme nous l’avons toujours prétendu », ajoute cette structure.

A son tour, Margarida Sardinha, présidente du conseil d’administration de SOS Arte PT – Association portugaise de soutien aux artistes visuels en temps de crise – qui regroupe des professionnels libéraux tels que peintres, sculpteurs et autres artistes plasticiens, ainsi que des artistes conceptuels et multidisciplinaires – a déclaré qu’elle était également indignée par ce résultat.

« Nous sommes sidérés », a-t-elle résumé, également contactée par Lusa, à propos de l’approbation du décret-loi ce jeudi, « après s’être fait promettre une réunion en septembre, de continuer à présenter des suggestions, mais ce n’était pas prévu, ni il n’y avait « même aucune justification » de la part de la tutelle.

Margarida Sardinha considère que les artistes visuels sont lésés dans ce Statut « parce qu’ils travaillent souvent seuls et assument un risque beaucoup plus élevé », et prédit que « beaucoup d’entre eux continueront à utiliser l’ancien régime ».

« Nous avons présenté une proposition de régulation des relations entre agents culturels et artistes visuels, mais elle n’a pas été incluse » dans le document, a-t-il rappelé, parmi les suggestions faites pour inclure dans la proposition, dans ce domaine.

Néanmoins, le président du conseil d’administration de SOS ARTE PT déclare que l’association « célèbre positivement la création d’un statut des professionnels de la culture, mais comme un début de bon vent pour les artistes visuels au Portugal sur lequel il faut travailler ».

Une première version du document a été approuvée par le Conseil des ministres, le 22 avril dernier, suivie d’une période de consultation publique, qui s’est terminée en juin, le ministère de la Culture ayant annoncé à l’époque avoir reçu 72 contributions.

Le 14 juillet, lors d’une audition parlementaire, la ministre de la Culture, Graça Fonseca, a déclaré qu’en septembre, les réunions avec les entités impliquées dans le processus d’élaboration du statut reprendraient. A l’époque, le ministre avait réitéré la « disponibilité du gouvernement » au dialogue.

Cependant, selon les structures représentatives des travailleurs du secteur, cela ne s’est pas produit.

Dans un communiqué conjoint, rendu public le 8 octobre, 12 structures représentatives des travailleurs de la Culture ont rappelé qu’elles attendaient depuis trois mois une réponse de la tutelle à la demande de dialogue « sur divers aspects importants et problématiques de la proposition » de statut. .

Après un processus de pourparlers « long et exigeant » et trois mois après la consultation publique, les 12 structures ont jugé « inacceptable » que le Gouvernement définisse « la version finale de la législation sans [se] rencontrer à nouveau des organisations représentatives ».

Même parce que « le Gouvernement a brutalement interrompu le dialogue et a approuvé en Conseil des ministres [em abril], hâtivement, la version initiale du Statut », qui « comporte plusieurs erreurs et limitations ».

AG/CP (JRS/SS) // TDI

Le contenu « Indignés et désabusés » Travailleurs de la culture ayant le statut de professionnel du secteur apparaît en premier à Visão.