Avec la « progression alarmante » de l’épidémie de COVID-19 au Portugal, le gouvernement a annoncé la décision de fermer toutes les écoles à partir de vendredi peu après minuit hier soir.

C’était une décision qui a été préconisée par tous les milieux – en particulier par la profession médicale sous tellement de pression que de multiples hôpitaux dans le nord, le centre et les environs de Lisbonne sont au bord de la rupture.

À Cascais, le maire Carlos Carreira a exhorté les parents à garder leurs enfants à l’école aujourd’hui (jeudi) car il estime que «le temps est essentiel pour atténuer les effets d’une catastrophe», ce qui, selon lui, «est le cas» dans certaines régions du Portugal. maintenant.

Le principal objectif de la décision du gouvernement est «d’isoler l’ensemble du système scolaire». En n’organisant pas de cours, «les gens ne sont pas obligés de quitter leur domicile» tous les matins.

Le flux de trafic sera instantanément réduit, de même que le «mixage des ménages» efficace – ce dernier problème étant la principale source de préoccupation des experts.

Comme Filinto Lima, le président de l’association des directeurs d’école l’a souligné hier, kL’ouverture des écoles maternelles a «prolongé les risques qui ont déjà vu le nombre de cas portugais et les décès augmenter proportionnellement plus rapidement que dans presque tous les autres pays du monde».

Le président Marcelo a déjà salué la décision du gouvernement en déclarant «je pense que c’est une bonne solution».

Il reste maintenant à voir quels sont les autres détails qui ressortent du Conseil des ministres d’aujourd’hui.

Pour l’instant, il n’y a eu aucune mention dans la presse du «sort» des ATL (centres d’enseignement) – qui n’ont rouvert que récemment – ni de la poursuite ou non des crèches préscolaires.