La formule fiscale injuste des ISV qui pénalise quiconque tente d'importer une voiture d'occasion au Portugal va enfin être abandonnée.

Après de nombreuses «affaires» dans lesquelles des victimes ont poursuivi le Portugal en justice et ont gagné – et après une pression incessante de Bruxelles -, le gouvernement a «vu la lumière».

La formule de taxation ISV a obstinément refusé de tenir pleinement compte de l’âge d’un véhicule – ce qui signifie que les droits d’importation finissent invariablement par être beaucoup plus chers que dans tout autre État membre.

Bruxelles a menacé de poursuites judiciaires (cliquez ici), tandis que des dizaines de particuliers l'ont fait (cliquez ici) au point qu'il n'y a pas d'échappatoire.

Selon negociosonline, le prochain budget de l'État (OE2021) propose de «modifier la formule de calcul» pour qu'elle corresponde à la politique de l'UE. C’est une démarche qui devrait «conduire à une réduction de la taxe supportée» par les véhicules d’occasion. C'est en fait un euphémisme. Cela entraînera presque certainement une réduction de la taxe – c'est pourquoi tant de gens se sont plaints dans le passé.

Souligne negociosonline, la proposition est considérée comme une «solution de compromis pour répondre au désaccord avec Bruxelles où la loi portugaise est considérée comme discriminatoire et qui, parce que le Portugal n'a rien changé, a conduit la Commission à avancer un dossier de non-respect dans le Tribunal européen de justice ».

Néanmoins, le Portugal ne semble pas abandonner sans lutte (ne serait-ce que pour sauver la face). Selon negociosonline: «Dans la pratique, avec cette modification, le gouvernement propose une réduction tenant compte de la durée de vie utile de la voiture (et non de la durée de vie de la voiture)». Ce n’est pas tout à fait la même chose que la formule de la cylindrée du véhicule qui, apparemment, «tient compte de l’âge du véhicule».

natasha.donn@algarveresident.com