«Nous sommes prêts à accepter les mêmes conditions qui s'appliquent aux pilotes de Lufthansa. Les moyens de production sont les mêmes », a déclaré le président de la SPAC, Alfredo Mendonça, lors d'une conférence de presse à Lisbonne.

L'Allemand a licencié environ 20% des travailleurs et réduit les salaires de 45% pour les pilotes et de 25% pour le reste.

Rappelant que la TAP «signifie beaucoup pour le Portugal», le président de la SPAC a souligné qu'il faut savoir si l'entreprise est prête à «négocier», à savoir, faire évoluer les mesures visant à réduire les dépenses, un objectif qui, selon lui, est « possible à réaliser ».

Lors de la réunion, prévue aujourd'hui, à 16h30, avec l'administration de la TAP, le syndicat défendra, «au maximum, la minimisation des licenciements des pilotes», a-t-il garanti.

Pour la SPAC, la diminution des dépenses peut être obtenue, par exemple, grâce à la réduction du nombre de pilotes seniors, à savoir, avec des départs à la retraite anticipée, avec la réduction du temps de travail ou avec l'utilisation de congés sans solde.

Interrogé sur les prochaines étapes, si le syndicat ne voyait pas ses revendications satisfaites, le président de la structure a refusé d'avancer quelles sont les formes de lutte qui seront sur la table, soulignant seulement que la décision appartient aux pilotes et , par conséquent, ceux-ci doivent être entendus en premier.

Le gouvernement a soumis à la Commission européenne (CE) la proposition initiale de plan de restructuration de la TAP, qui prévoit l'année prochaine une aide d'État de 970 millions d'euros, a annoncé l'exécutif.

Selon une déclaration conjointe des ministères de l'Infrastructure et du Logement et des Finances, «une première proposition de plan de restructuration du TAP a été présentée aujourd'hui (jeudi) dans le cadre de la directive européenne régissant les aides d'État. ».

Le gouvernement estime que la TAP pourra commencer à rembourser les aides de l'État en 2025, mais d'ici là, elle devra peut-être recevoir une valeur supérieure à 3,7 milliards d'euros, selon le ministre de l'Infrastructure.

Le SPAC et le Syndicat national du personnel navigant de l'aviation civile (SNPVAC) ont appelé le gouvernement à négocier avec Bruxelles pour reporter la présentation du plan de restructuration de la TAP, dénonçant qu'il repose sur des prévisions de marché «complètement dépassées».

PE (AFE / ALYN) // EA

Contenu TAP: Les pilotes disponibles pour accepter les conditions appliquées à Lufthansa – Sindicato apparaît en premier dans Visão.