Six des plus grandes associations d’entreprises d’Algarve ont appelé le gouvernement aujourd’hui à «intensifier ses efforts diplomatiques avec les pays» – en particulier le Royaume-Uni – pour remporter la liste vitale du Portugal «pont aérien».

Ils disent qu'à moins que des règles imposant la mise en quarantaine aux vacanciers qui rentrent chez eux ne soient pas rapidement abandonnés, le secteur touristique – en très grande majorité en Algarve – court le risque de «milliers d'insolvabilités».

L'appel, signé par la CEAL (la confédération des entreprises de l'Algarve), AHETA (l'association des hôtels et complexes touristiques de l'Algarve), ACRAL (l'association commerciale de l'Algarve), AHISA (l'association des industries hôtelières), NERA (le noyau des entreprises de l'Algarve) ) et ANJE (l'association des jeunes hommes d'affaires de l'Algarve) décrivent la décision prise la semaine dernière par le gouvernement britannique d'exclure le Portugal de sa liste des 59 pays «sûrs» comme un coup dur qui a «créé du chômage, arrêté l'embauche dans son élan et gelé les investissements ».

Plus tôt dans la journée, Expresso a décrit comment la décision britannique avait annulé 70% des réservations de l'Algarve pour juillet et avait pratiquement garanti un désastre similaire pour le secteur en août.

Raul Martins de l'AHP, l'association hôtelière du Portugal, a prédit que même si le gouvernement britannique «décide d'inclure le Portugal dans la révision de la liste des ponts aériens le 27 juillet», il sera trop tard, car «les gens réservent des vacances avant cette date et gagnent simplement» ne viens pas ici ».

La crise provoquée par la pandémie a été "aggravée de façon spectaculaire" par la décision britannique d'imposer la quarantaine, et les décisions ultérieures dans le même sens de l'Écosse, de la Belgique et de la Finlande viennent d'aggraver tout.

Soulignant les associations, les vacanciers britanniques représentent environ 6,4 millions de "pyjamas" en Algarve chaque année, un tiers des touristes de la région et près de 50% des passagers arrivant à l'aéroport de Faro. Leur baisse en nombre grâce aux règles de quarantaine «trompe toutes les attentes» que les entreprises ont dû rattraper en partie depuis le mois de mars et pouvoir affronter les mois d'hiver sous toutes ses formes financières.

Le gouvernement a récemment annoncé qu'il créerait un programme spécial pour aider l'Algarve, que les associations applaudissent – mais il ressort clairement de leur appel qu'elles ont besoin de plus. Ils ont besoin de dirigeants politiques pour sortir le pays de ces listes noires de voyages accablants avant qu'il ne soit trop tard.

Selon Expresso, les associations ont également sollicité des audiences auprès du gouvernement et du président de la République – pour élaborer une vision stratégique du secteur et sauver des emplois ainsi que des entreprises.

natasha.donn@algarveresident.com