38672762_wm-4748399-3824656-jpg

Le secrétaire d’État à l’Égalité et à la Migration a déclaré à Lusa que mercredi, une évaluation avait été faite de l’état de santé des migrants identifiés et que tous ceux qui le souhaitaient étaient vus par des médecins. Ce jour-là, la police judiciaire a arrêté 35 personnes appartenant à un réseau criminel qui embauchait des travailleurs étrangers pour l’agriculture dans le Baixo Alentejo.

Sur les 334 personnes évaluées, Isabel Almeida Rodrigues a précisé que 57 ont accepté d’être installées dans des « réponses de logement collectif », puisque « la majorité a choisi de rester dans la solution de logement dans laquelle elles se trouvaient ».

En plus de l’hébergement, ces 57 personnes ont également reçu de la nourriture et des soins médicaux.

« Ces 57 personnes continueront à être suivies en vue de leur intégration au Portugal, nous travaillerons donc avec elles dans les dimensions du soutien psychosocial, également dans la promotion de l’apprentissage de la langue portugaise, en vue d’une orientation la plus rapide possible aux propositions d’emploi », a déclaré le secrétaire d’État.

Isabel Almeida Rodrigues a ajouté que « certaines des réponses de logement » où les immigrés étaient logés « n’offraient pas les conditions minimales d’habitabilité » et qu’il s’agit d’un problème détecté « avec une certaine récurrence », mais a déclaré qu’elle ne pouvait pas faire une évaluation de tous cas parce qu’elle n’avait pas été sur le terrain.

« Je peux confirmer qu’il y avait des situations de logement qui n’offraient pas le minimum d’habitabilité », a-t-il souligné, donnant en exemple des cas de nombreuses personnes entassées dans un espace insuffisant.

Il a ajouté que les équipes multidisciplinaires qui accompagnent ces personnes procéderont ensuite à une caractérisation plus détaillée des immigrés pour, plus tard, les aider dans « l’élaboration des projets qu’ils souhaitent suivre au Portugal ».

Isabel Almeida Rodrigues a souligné que pour cette opération il y avait une « grande articulation » entre les secrétaires d’État à la Sécurité sociale, à l’Inclusion et au Travail, en plus de la Migration, expliquant que c’est à travers les services supervisés par ces quatre bureaux que des équipes pluridisciplinaires ont été formées qui étaient avec la police judiciaire dans l’évaluation de 334 personnes migrantes.

Le responsable a expliqué que ces équipes multidisciplinaires sont spécialisées dans l’assistance aux victimes de la traite des êtres humains et qu’elles effectuent un « dépistage » des cas possibles.

Selon le secrétaire d’État, le travail mené par l’Haut-commissariat aux migrations (ACM) et l’Institut de sécurité sociale (ISS) a consisté à évaluer les conditions de vie, à mener des entretiens sociaux et à orienter les personnes vers des réponses d’hébergement dans des situations où cela s’est avéré nécessaire et les gens y ont adhéré. ACM a également aidé PJ avec des traducteurs.

Il a ajouté que l’Autorité des conditions de travail (ACT) identifiait la nature des relations de travail et l’existence ou non de contrats de travail, ayant mené « certaines actions sur les lieux de travail eux-mêmes ».

« Il y avait une articulation très étroite, non seulement entre les différents services de l’Etat impliqués dans ce processus, mais entre les services et la police judiciaire, ce qui a permis aux personnes d’avoir tout le soutien dont elles avaient besoin tout au long de l’opération policière », a-t-il souligné.

Isabel Almeida Rodrigues a toutefois souligné que des citoyens libres sont en jeu et que, par conséquent, ils peuvent ou non adhérer aux propositions d’hébergement faites par les autorités portugaises ou à toute autre proposition de soutien.

Le secrétaire d’État a déclaré que l’opération PJ n’avait pas pour but d’évaluer si ces migrants étaient ou non en situation régulière au Portugal, bien qu’ils aient fourni le soutien nécessaire à l’une de ces personnes pour régulariser leur situation dans le pays, si elles n’avaient toujours pas fait.

Interrogée sur les solutions possibles pour lutter contre les situations d’exploitation du travail, Isabel Almeida Rodrigues a donné l’exemple des accords de mobilité de la main-d’œuvre, qui « sont peut-être l’outil avec le plus grand potentiel pour réduire ces flux ». [migratórios] », en plus d’une plus grande information et sensibilisation dans les pays d’origine des migrants.

SV // JMR