Disney + ajoute plus de 600 films et des milliers d'épisodes de séries produits par Disney et son univers de producteurs, tels que Pixar, Marvel, Star Wars et National Geographic, y compris des «films originaux et exclusifs», selon les informations publiées par la société .

Selon la Walt Disney Company, le service Disney + ajoute déjà «plus de 60,5 millions d'abonnés dans le monde». Au moment de son lancement, en novembre de l'année dernière, il devait atteindre 60 à 90 millions d'abonnés au cours de l'exercice 2024.

Disney + propose des productions comme "The Mandalorian", la première série d'action en direct de Star Wars, "Le monde selon Jeff Goldblum", un documentaire de National Geographic, et "The History of Imagineering", de Leslie Iwerks.

D'autres «Disney Originals» seront également disponibles, comme «High School Musical: The Musical: The Series», «Back to the Stage», de Kristen Bell, «Black is King», de Beyoncé, la collection de «courts métrages» animés «Sparkshots »Et« Garfy demande », par Pixar Studios.

"Les Simpsons", et ses 600 épisodes disponibles "à la demande", seront également disponibles en intégralité sur Disney +, des "saisons 1 à 30". La 31e saison est promise pour "bientôt".

Disney + est accessible via «smart tv», «smartphones», «tablettes», navigateurs Internet et consoles de jeux, telles que Microsoft Xbox One et PlayStation 4.

L'abonnement, d'un montant de 6,99 euros par mois (soit près de 70 euros par an), peut se faire directement sur Disneyplus.com ou via les plateformes Google, Apple et Amazon.

Lancé le 12 novembre dernier aux États-Unis, au Canada et aux Pays-Bas, le service Disney + totalisait 10 millions d'abonnements le premier jour. Le 19 novembre, il est arrivé en Australie et en Nouvelle-Zélande, s'étendant à l'Europe au premier trimestre de cette année. En septembre 2019, il a été testé aux Pays-Bas.

Pour la première année, Disney + a promis dès le départ de créer 30 séries et 15 films originaux, qui ont commencé avec une première «collection» de 7500 épisodes et 500 titres de films et la promesse de rendre disponibles des productions créées peu de temps avant, comme «Rei Leão "," Avengers Endgame "," Toy Story 4 "," Frozen 2 "et" Star Wars: The Rise of Skywalker ", immédiatement après la période réservée aux cinémas.

Au moment du lancement, interrogé sur la concurrence avec d'autres services de vidéo «  en streaming '' et «  à la demande '', le président de la division des services aux consommateurs directs de Disney +, Kevin Mayer, a déclaré qu'il n'avait pas de concurrence et se démarquait. fortement à cause de ses marques.

La présidente de Walt Disney Direct-to-Consumer et International, Rebecca Campbell, citée aujourd'hui dans la déclaration de la société, a déclaré que, comme Disney + «est l'un des plus grands acteurs mondiaux de ce segment, il s'est engagé à le faire» apporter des contenus, à fort caractère optimiste et de haute qualité, à un nombre croissant de personnes ».

L'Union européenne est en train de transposer la directive 2018/1808, relative aux services de médias audiovisuels, qui vise à réglementer, entre les États membres, l'activité de la télévision et des services audiovisuels à la demande, connus sous le nom de VOD ( «  vidéo à la demande ''), comme le sont les cas des plateformes Netflix, HBO, Amazon et Disney +.

Au Portugal, cette transposition se traduit par le projet de loi gouvernemental n ° 44, présenté lors de cette session législative, actuellement en discussion dans la spécialité au parlement, les professionnels du secteur étant alertés sur la nécessité d'un contrôle efficace des le respect de la loi, entre autres préoccupations, concernant l'investissement dans la production et l'application des impôts et de l'équité fiscale, en particulier vis-à-vis des opérateurs qui se trouvent à l'extérieur du pays, mais qui ciblent leurs publics.

Sur la page de la commission parlementaire de la culture et de la communication, plus de 40 avis, d'autres entités, sont disponibles sur la proposition de transposition de la directive, notamment Netflix, Google, Facebook et Amazon.

MAG (EYL / SS) // JP